Algérie

Secteur de la transformation et du conditionnement du poisson

Un marché pratiquement saturé Le marché de la transformation et du conditionnement du poisson est en train de rejoindre les rangs des secteurs productifs saturés, à l’exemple de la production des produits laitiers et ses dérivés et celui des boissons gazeuses. En effet, il y a de plus en plus d’opérateurs à intégrer ce marché que l’on dit quasi-saturé depuis ces quatre dernières années. On explique, à ce sujet, que l’offre dépasse largement la demande. A cela s’ajouterait l’ampleur de l’importation enregistrée dans ce domaine. Selon des sources proches des services de douanes, le marché oranais, qui couvre plusieurs wilayas de l’Ouest, recense près d’une trentaine de marques de conserves de thon importées, alors que la cartographie des producteurs nationaux fait état d’une dizaine de producteurs qui occupent des parts du marché, plus ou moins importantes. On assure que seuls trois producteurs accaparent la part du lion de ce marché. Deux de ces producteurs sont installés dans la wilaya d’Oran. Par ailleurs, les préoccupations de tous les producteurs se résument en une seule, celle du taux de la taxe imposée sur la matière d’importation première destinée à la production locale, estimée à 30%. Les importateurs de produits finis sont soumis à des taxes d’égale valeur, c’est à dire, 30%. Une donne, qualifiée d’inconcevable par les producteurs nationaux qui soutiennent que ces mesures démotivent la production nationale et menacent de fermeture plusieurs unités de production qui emploient des centaines de bras. Sur le registre de la production du poisson, il y a lieu de signaler une nette amélioration marquée par l’augmentation de la capacité de production de cette ressource halieutique et le développement des activités de son importation. Selon des chiffres récents, la production du poisson bleu a atteint 7007,4 tonnes au niveau du port de pêche de la ville d’Oran et 8044,2 à Arzew soit 15.051,6 tonnes pour la totalité de la production. Quant à la production de poissons blancs, elle est beaucoup moins importante par rapport à la précédente avec 314 tonnes à Oran et 191 à Arzew, soit un total de 505 tonnes. Le marché de la production locale est appelé à se développer davantage avec la récupération d’une centaine d’unités de pêche, à l’arrêt depuis quelques années. Ces dernières devront être opérationnelles après des travaux de maintenance. L’on parle également de nouvelles acquisitions, dont une quinzaine de bateaux de pêche. Par ailleurs, et concernant le déficit constaté en matière de production de poissons blancs dans la wilaya d’Oran, nos sources assurent qu’il est largement rattrapé par les activités d’importation, notamment, pour ce qui est des produits congelés. Ainsi, l’on croit savoir que le volume de l’importation du poisson gelé, destiné à la consommation directe, est de l’ordre de 3.605.887,65 kilogrammes contre 4.382.273,55 kg destinés aux activités de conditionnement. En revanche, la quantité destinée à l’exportation vers les marchés étrangers est nettement moins importante, avec 62.930 kilogrammes pour le poisson congelé et 63.140 kg pour le produit frais. Le hic dans ce constat réside dans les prix qu’offre le marché du poisson à Oran malgré son expansion. En effet, les prix restent au-dessus du pouvoir d’achat de la population et sont inabordables pour la quasi-totalité des citoyens, ce qui a fait du poisson, notamment, le frais, un plat de riches, étant donné que la fourchette des prix de certains genres de poissons varie entre 800 et 1500 Da, alors que le prix des produits gelés oscille entre 300 et 800 dinars. Amel.S
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)