Algérie

Report du sommet de l’Alliance présidentielle


Les préoccupations sont ailleurs... Prévue pour aujourd’hui, la réunion au sommet de l’Alliance présidentielle n’aura finalement pas lieu. Un cadre du Rassemblement national démocratique (RND) dont le parti assume la présidence depuis trois mois, s’est chargé hier d’informer les rédactions de ce report. Sans trop d’explications! Les trois partis que sont le FLN, le RND et le MSP n’ont pas jugé utile d’éclairer l’opinion publique sur les tenants et les aboutissants de cet ajournement sine die d’une réunion aussi «importante». Le parti de Ahmed Ouyahia devait d’ailleurs réunir son Bureau national pour lifter le «bilan» de ses trois mois de présidence de l’alliance que son SG devait présenter à ses partenaires. De son côté, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), qui devrait reprendre le flambeau de l’Alliance pour les trois prochains mois, a préféré, hier, enfiler sa casquette de chef du gouvernement pour réunir un conseil interministériel qui a fait le point sur l’état d’avancement du projet de l’autoroute Est-Ouest. Mais, les observateurs politiques s’accordent à considérer cette alliance présidentielle, créée en février 2004 pour porter le programme électoral du président Bouteflika, comme une coquille vide tant beaucoup de choses séparent ses concepteurs. Le fait est, qu’après deux années d’existence politique, force est de constater que son poids politique est quasiment nul, si ce n’est son alignement en bloc sur tous les projets de loi votés à l’APN. Le président de la République a d’ailleurs plusieurs fois critiqué ces partis coupables de ne pas relayer son discours, notamment concernant la charte pour la paix et la réconciliation nationale. «Les partis ne se réveillent qu’à la veille des élections», a-t-il martelé lors de la réunion gouvernement-walis en juin dernier. L’alliance présidentielle ne fait parler d’elle qu’à l’occasion de passes d’armes entre Ouyahia et Belkhadem et accessoirement Boudjerra Soltani. Jamais une initiative politique n’a été prise par ce trio de personnalités aux horizons politico-idéologiques pratiquement inconciliables. Cela s’est donc traduit par le marasme qui frappe cette structure depuis sa création et que seule la présence de Bouteflika semble maintenir pour la forme. Que l’Alliance présidentielle se réunisse ou pas, y a-t-il vraiment un enjeu? Pas moins sûr, surtout à la veille des élections législatives qui vont sans doute attiser un peu plus le feu entre les trois partis. C’est dire que les préoccupations sont ailleurs...  
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)