Algérie

Les taxis d’Arzew s’élèvent contre l’intrusion de tiers dans le secteur

90% des agréments entre les mains de moudjahidin Des agréments de taxis ayant été cédés à des personnes étrangères au secteur du transport, les transporteurs de la commune d’Arzew qui estiment que ces pratiques leur portent préjudice, les dénoncent. S’agissant notamment de personnes ne résidant pas dans cette commune et ne pouvant normalement produire de certificat de résidence dans cette ville, les gens de la corporation qui s’estiment lésés s’insurgent. Selon ces sources, la capitale de la pétrochimie compte plus de 320 taxis et c’est cette pléthore qui est à l’origine de la congestion des points de stationnement. Pour faire face à la situation créée par ces pratiques, des syndicalistes ont saisi la direction du transport à laquelle ils ont demandé d’arrêter la délivrance des agréments destinés à la desserte du tissu urbain de la ville d’Arzew. Selon ces sources, en plus de la pléthore de taxis, il y a à Arzew d’innombrables autres véhicules de transport urbains de voyageurs. Cette situation est, dit-on, davantage compliquée du fait que de nombreux moudjahids, ayant exercé par le passé dans le secteur, louent leurs agréments à des tiers ce qui n’a pas manqué d’ouvrir la voie à la spéculation quant au tarif de cette location. On fait aussi remarquer qu’il n’y a qu’à Arzew où de telles pratiques ont cours. Selon nos interlocuteurs, 90% des agréments de taxis sont détenus par des moudjahidin et qu’il faudrait que la direction du transport révise cette situation, notamment en ce qui concerne la location des agréments. En été, confient nos sources, le déficit en matière de transport à l’intérieur de la ville d’Arzew est souvent dénoncé, ce qui a amené le syndicat à mobiliser 50 taxis pour travailler la nuit, conformément à un tableau de permanence. Du côté des taxieurs assurant la desserte entre Arzew et Oran et en dépit des promesses de la direction du transport et de l’APC, les gens de la corporation réclament deux terminus au niveau de ces deux destinations. En attendant, assurent-ils, ils continuent à converger vers la gare d’El-Hamri après que les habitants des HLM se sont élevés contre leur présence sur ce site. A Arzew, déclarent-ils, c’est près du «Café» qu’ils sont obligés de stationner. Pour trouver une solution aux problèmes soulevés par les taxieurs d’Arzew, une commission a été chargée depuis un mois de rechercher un terminus pour les taxis. Depuis, ces transporteurs en sont encore à s’interroger sur les raisons de l’inertie de cette commission. Sifi F.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)