Algérie

Le président Bouteflika évoque la réconciliation nationale dans un entretien à l’agence Irna

«Les résultats de la Charte doivent être consolidés» Le président Abdelaziz Bouteflika est revenu sur la politique de réconciliation nationale au cours d’un entretien publié hier par l’agence iranienne Irna. Le Chef de l’Etat a affirmé que cette politique a été mise «en œuvre» dans le prolongement de la politique précédente de «concorde civile» qui était elle-même «une première étape dans notre démarche d’apaisement des cœurs, de rassemblement des Algériens et de mobilisation de leur énergie collective pour reconstruire ce pays que nous voulons moderne, prospère et solidaire». Il a indiqué dans le même ordre d’idées qu’«on peut constater les résultats bénéfiques de cette politique (réconciliation nationale)» qui doivent, selon lui, «encore être consolidés mais qui renvoient objectivement l’image d’un pays réconcilié avec lui-même, fort de l’authenticité de ses valeurs séculaires et ouvert à son environnement régionale, continental et international». Le chef de l’Etat a expliqué que la réconciliation nationale a permis au pays de «conforter sa cohésion sociale et sa stabilité» et de «surmonter l’impact néfaste d’une période douloureuse mais désormais révolue». Selon le chef de l’Etat, ce contexte favorable, accompagné de réformes structurelles dans tous les domaines, «explique le regain de dynamisme économique de l’Algérie depuis plusieurs années». Une économie qui a enregistré, selon lui, «une croissance durable et favorable à son insertion». Le premier magistrat du pays a tenu d’ailleurs à expliquer les objectifs de cette politique: «Nous avons tenu à valoriser les retombées positives de cette politiques globale, en rentabilisant les moyens et les ressources alloués à nos programmes de développement qui sont, par leur volume et leur ampleur, les plus ambitieuses et les plus importantes depuis l’indépendance du pays». «L’Algérie a mobilisé une enveloppe de près de 200 milliards de dollars pour le lancement de programmes publics, dans le cadre du programme quinquennal 2005-2009, ainsi que des programmes complémentaires de développement des régions du Sud et des Hauts-Plateaux», a encore souligné le président Bouteflika qui a ajouté que cette forte relance de l’investissement public «traduit notre volonté de moderniser le pays par le développement accéléré des infrastructures économiques et sociales de base, par le soutien à la croissance économique, notamment dans les secteurs hors hydrocarbures, ainsi que par le rééquilibrage nécessaire entre les différentes régions». Tous ces grands projets d’infrastructures concernent en priorité, a-t-il noté, «les secteurs des travaux publics, des chemins de fer et de l’hydraulique. Mais il faut y ajouter d’importants programmes de logements ou d’autres encore en rapport avec l’extension du réseau d’alimentation en énergie électrique et en gaz naturel». Saïd Farhi
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)