Algérie

A qui profitera le logement rural ?

Les agriculteurs craignent les «transfuges» Les facilités que vient d’accorder l’autorité exécutive aux agriculteurs désirant s’installer près de leur champ d’activité doivent être accompagnées de mesures de sélection et de filtrage rigoureuses, manière d’éviter que les programmes de l’habitat rural profitent à d’autres personnes qui n’y ouvrent pas droit. En effet, l’habitat rural est en train de séduire et d’intéresser de plus en plus les citadins. Certains d’entre eux semblent prêts à se convertir en agriculteurs pourvu que cela leur procure le droit à cette formule de logement. Cette nouvelle tendance n’a pas manqué de parasiter la gestion de ce dossier entaché, à son tour, d’irrégularité dans certaines communes. Ainsi, certains postulants malheureux au logement, dans les grandes villes, n’hésitent pas à changer d’activité et même de vie en intégrant un monde qui leur est étranger. Ceci dans l’espoir d’obtenir un logement dans le cadre de l’auto-construction, financé en bonne partie par l’Etat. Ceci rend l’offre de cette formule bien inférieure à la demande devenue de plus en plus importante. On assure que même si les anciens programmes sont confrontés à des contraintes concernant essentiellement l’apport personnel du citoyen bénéficiaire, des élus de l’assemblée populaire de wilaya, envisagent de demander un quota supplémentaire de l’ordre de quelques centaines d’unités au profit des communes qui disposent de périmètres agricoles. Le wali d’Oran serait favorable à cette doléance, dit-on, notamment, que lui même avait demandé l’année dernière l’ouverture d’autres périmètres. Reste à savoir si même avec les inscriptions nouvelles, le déficit en matière de cette formule d’habitat reste assez conséquent et difficile à combler. A ce sujet, un élu estime que «ces mesures n’arriveront pas à satisfaire la forte demande exprimée dans ce domaine, surtout que la distribution de l’ancien quota comprenant 500 logements a suscité nombre de contestations et n’a pas échappé à la critique de la population rurale qui a contesté dans un premier temps, la présence sur les listes de personnes bénéficiaires n’ayant, selon elle, aucun rapport avec le monde de l’agriculture. On précise qu’ici, il est fait allusion aux transfuges des villes. Toujours sur ce même point, la liste des communes bénéficiaires a été également remise en cause car l’attribution des habitations rurales n’a pas été élargie à l’ensemble des communes à vocation rurale. A ce sujet, notons que près de 200 recours ont été introduits au niveau de la commission de wilaya chargée du suivi de l’opération l’année dernière. Par ailleurs, on croit savoir que le nouveau programme profitera principalement aux communes de Oued Tlélat, Sidi Benyebka et Bousfer. Amel S.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)