Algérie

Le Gouverneur de la Banque d’Algérie devant le Sénat

«126 milliards de dollars de réserves de change en avril 2008» Selon le Gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci, qui est intervenu hier devant les sénateurs, «les réserves de change de l’Algérie ont atteint près de 126 milliards de dollars à fin avril 2008, contre 123,46 milliards de dollars à fin mars, soit une hausse globale de 13,38 milliards de dollars durant le premier trimestre de l’année en cours».Le premier responsable de la Banque d’Algérie, qui présentait le bilan financier et monétaire du pays, a insisté sur «l’effet de l’augmentation des prix du pétrole et le payement par anticipation de la dette extérieure du pays» sur cette embellie financière qui dure depuis plusieurs années déjà. Laksaci a par ailleurs indiqué que «le taux d’inflation a atteint 5,63% à fin mars et 6,44% à fin avril». Une hausse, précisera-t-il, due surtout à l’augmentation des prix des produits alimentaires, mettant en outre en garde contre les répercussions de l’inflation extérieure sur le marché interne. «L’indice des prix à la consommation, ajoutera-t-il, a atteint en moyenne 4,47% en 2008 contre 3,5% en 2007. Nos exportations ont dépassé 20 milliards de dollars depuis le début de l’année, essentiellement des produits pétroliers. Les importations se sont établies à 11 milliards de dollars. L’importation des produits alimentaires a augmenté, atteignant 65%, et 47% pour les biens d’équipement». Il a également parlé d’une baisse des exportations hors-hydrocarbures, passant à moins de 1 milliard de dollars en 2007 contre 1,1 milliard en 2006. Concernant la balance des payements, Laksaci dira qu’elle «a atteint 10 milliards de dollars, donc positive pour le pays». Le même responsable a insisté par la suite sur la hausse des crédits à l’investissement, atteignant 4% contre 1% en 2007. «L’essentiel des prêts concerne le secteur public et le fait de banques publiques.» Il a en outre beaucoup insisté sur le rôle de la Banque d’Algérie dans le maintien de l’équilibre monétaire avec l’absorption du surplus de liquidités. «En 2007, nous avons absorbé 1.100 milliards de dinars de surliquidités», a-t-il révélé, avant de parler de la diversification des revenus en devises avec de plus en plus d’opérateurs qui se tournent vers la zone euro. Il a également parlé des contrôles effectués quotidiennement par ses services: un contrôle interne et un autre externe, révélant que le contrôle sur place a permis de constater des infractions à la suite de quoi 230 PV ont été dressés et transmis à la justice. Concernant les soupçons de blanchiment d’argent, le Gouverneur de la Banque d’Algérie dira que le contrôle a touché 8 banques. Par ailleurs, il a écarté la possibilité de réévaluer la valeur du dinar, indiquant que «des conditions rigoureuses doivent être réunies pour le faire». Pour ce qui est des billets de banque en mauvais état car de mauvaise qualité, Laksaci a assuré du retrait de tous les billets qui passent par son institution. Parlant enfin de la disponibilité de la monnaie sur le marché, il a indiqué que la Banque d’Algérie a émis, en 2007, plus de 203 milliards de dinars.   Tahar A.O.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)