Algérie

L'équation Gourcuff


L'équation Gourcuff
C'était le secret de Polichinelle le mieux gardé de la Planète foot-DZ. En dépit de l'incroyable et subite Halilhodzicmania, du souhait ardent du chef de l'Etat algérien de voir rempiler le Bosniaque à son poste, on subodorait que coach Vahid n'allait pas rester malgré les lauriers brésiliens. C'était presque couru d'avance. La succession de l'ancien sélectionneur de la Côte d'Ivoire était déjà préparée depuis plusieurs mois. Et il y avait tout un faisceau d'indices probants qui laissaient deviner que le contrat de «Halilo» n'allait pas être renouvelé, quelle que soit l'issue de la participation des Verts au Mondial brésilien. Les dés étaient (presque) déjà jetés et le ver Gourcuff était déjà dans la pomme Halilhodzic. Il l'était au moment même où le Breton visitait le Centre d'entrainement de Sidi Moussa où Vahid et ses poulains s'ébrouaient sur le gazon. L'ex-entraineur du FC de Lorient et du Stade Rennais est allé ensuite jauger et juger les Fennecs en Suisse à la faveur de deux matchs de préparation de la Coupe du Monde. De même qu'il a supervisé le Mali, futur adversaire de l'Algérie lors des prochaines éliminatoires pour la CAN au Maroc. Avant de se rendre également au Brésil pour observer les poulains d'Halilhodzic et fournir des chroniques au journal français Le Monde. Il aurait même visité, en compagnie de son épouse, leur future résidence algérienne. Et, à en croire les gazettes sportives, Madame aurait été ébloui par le soleil éclatant d'Alger, ce qui la change tout de même un peu de la grisaille et du temps poisseux de Bretagne. Le futur contrat de Gourcuff fut même placé sous le signe du compas et de l'Architecte de l'Univers. En effet, le futur sélectionneur des Verts a trouvé en son compatriote breton et franc-maçon, Jean-Yves Le Drian, un lobbyiste de choc qui a plaidé sa bonne cause auprès des autorités algériennes. On vous le disait déjà, le sort en était déjà presque jeté. Halilhodzic, parti voir si le gazon ne serait pas plus vert ailleurs, le football de sélection se retrouvera très prochainement face à une équation nommée Gourcuff. Un technicien certes sans palmarès et sans CV en béton, mais qui a la réputation établie d'être un technicien adepte du beau jeu et du football en mouvement. Un football que ce prof de math met parfois en équation en théorisant le mouvement. Ce natif de Hanvec dans Le Finistère, né il y a 59 ans, est aussi un ancien footballeur qui a joué notamment au FC Lorient et au Stade Rénnais, clubs emblématiques de Bretagne dont il deviendra plus tard l'entraineur. Cet amoureux du football à la nantaise, admirateur du grand José Arribas, n'a pourtant jamais gagné de titres majeurs. Comme joueur, sa plus grande heure de gloire fut d'avoir remporté la Coupe Gambardella avec Rennes en 1973, c'est-à-dire la Coupe des tchitchwène française. Milieu offensif, Christian Gourcuff est un partisan du jeu vers l'avant généralement en 4-4-2. Entraineur de Lorent, il résumait sa philosophie du football en disant : «Le FCL s'efforcera toujours de soigner la manière par respect des joueurs du public et du football à l'extérieur comme à domicile. C'est la seule façon de progresser. La recherche du résultat à tout prix c'est la mort du football». Soit l'image d'un football joué la fleur aux crampons ! C'est probablement pour cela que Christian Gourcuff, qui n'a jamais entrainé une équipe étrangère, sauf celle d'El Gharrafa de Doha, encore moins une sélection nationale, n'a jamais gagné que des accessits sportifs. Et, pour utiliser une métaphore de pécheur algériens, «érrih féchbèk» !N. K.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)