Algérie

Des feux tricolores au boulevard Zabana

Quand le bon sens cède la place à l’incurie L’installation récente de feux tricolores sur le boulevard Zabana aura intrigué plus d’un automobiliste, leur mise en fonction ce jeudi n’a fait que confirmer cette légitime appréhension. Et pour cause, une file de voitures, en arrêt, s’étirant sur une longueur conséquente, de part et d’autre de la voie, a démontré, dès le premier jour, toutes les limites d’une vision irréfléchie sur l’allègement du flux circulatoire. C’est en effet ce que de nombreux automobilistes ont constaté au niveau du tronçon de la résidence El Bahia et du Sheraton où un encombrement inhabituel aura donné raison aux plus sceptiques quant à l’installation de ces feux de signalisation. A ce sujet, il est à signaler que, suite à la réalisation d’une aire de jeux, sur le côté nord du boulevard Zabana, il a été décidé de mettre des feux tricolores afin de permettre aux piétons de traverser les deux voies pour accéder aux lieux de détente mis en place. Il aurait été plus judicieux et plus sécurisant de mettre sur place une passerelle, beaucoup plus pratique pour traverser, en toute sérénité et sans conséquence aucune sur la fluidité de la circulation. Les premiers sanctionnés par cette hâtive installation, en l’occurrence les automobilistes, ont en fait les frais dès le premier jour de mise en fonction des feux. Ceci parce que les véhicules qui arrivent du rond-point de la résidence El Bahia, sont déjà pris dans un premier embouteillage, pour se retrouver, quelques mètres plus bas, pris devant un deuxième embouteillage dont les répercussions ont été de suite constatées dans les deux sens du boulevard. Nonobstant le fait que le plan de circulation actuel d’Oran, si vraiment il en existe un, ne répond plus aux exigences nouvelles de la ville, principalement du point de vu de la croissance du parc automobile. Il arrive que des décisions irréfléchies sans étude de terrain soient prises par des bureaucrates et dont les incohérences peuvent être vérifiées sur le terrain ou, présentement, sur le boulevard. Alors question à 1 dinar y a-t-il un responsable dans cette ville pour dire aux fous qui ont imaginé ce système de circulation absurde : Eh! les gars mais qu’est-ce que vous nous avez fait là? Peut-être personne mais le rêve est permis. Zitouni M.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)