Algérie

Culture d’opium à Adrar

Des peines de prison ferme et des sursis Le tribunal criminel d’Adrar a condamné, jeudi dernier, à 5 ans de prison ferme quatre individus poursuivis pour culture d’opium et trafic et consommation de stupéfiants, et à 5 ans de prison avec sursis trois autres mis en cause, dont deux femmes, cités dans le cadre de la même affaire. Celle-ci remonte au 25 mars 2007 quand des informations précises signalant la culture de plants d’opium dans des exploitations agricoles sont parvenues aux services de la brigade de gendarmerie de la daïra de Timimoun. Les gendarmes se sont alors déplacés sur les lieux où ils ont découvert 232 plants d’opiacées dans le champ du dénommé H.H., âgé de 52 ans et 179 autres dans celui de F.S., 64 ans. Poursuivant plus loin leurs investigations, les forces de l’ordre ont également mis la main sur 800 plants d’opium dans l’exploitation de K.A. (68 ans), 823 dans celle d’une certaine T.M. (51 ans), 130 dans le potager de T.M. (54 ans) ainsi que 215 dans celui de H.S. (86 ans)... Les mis en cause ont nié toutes les charges retenues contre eux, prétextant qu’ils ne savaient rien de la nature de ces plants qu’ils considéraient, préciseront-ils, comme de mauvaises herbes utilisées comme fourrage pour leur bétail. Cette manière de se défendre ne leur évitera pas leur placement sous mandat de dépôt et un procès au cours duquel ils adopteront la même ligne de défense. Lors de son réquisitoire, le représentant du ministère public a requis une peine de 10 ans de réclusion criminelle pour quatre accusés et cinq ans pour les deux femmes du groupe ainsi que le vieillard de 86 ans. Après délibérations, la cour est revenue avec quatre condamnations à 5 ans de réclusion criminelle et trois autres à 5 ans de prison avec sursis (les deux femmes et l’octogénaire). Signalons que ce procès clôt un ensemble de 14 affaires de culture et de trafic de stupéfiants, traitées par le tribunal d’Adrar durant sa 2e session criminelle qui s’est achevée ce jeudi. Djamel M.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)