Béchar - Sid Slayman Ben Bousmaha


Sid Slayman Ben Bousmaha Béchar

Vues : 198


Cette rubrique est entièrement consacrée à Sid Slayman Ben Bousmaha Si vous possédez des informations ou des commentaires sur ce sujet, n'hésitez pas à les partager avec les autres internautes. Cet espace d'information est ouvert à la libre expression, mais dans le sens positif du terme. Nous vous remercions pour votre participation.






Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)
Pour donner raison à notre ami Rachid, je vous invite M. Bousmaha Abdelkrim à lire un de mes nombreux articles sur le sujet et que je rapporte tel que je l'ai publié, il y a quelques années . Il comprend l'arbre généalogique du Saint Homme et les lieux où il a vécu ainsi que l'endroit où se trouve sa sépulture. Bonne lecture pour mettre fin à tout équivoque ! Sans Baroud ni tamtam La Waâda de Sidi Slimane Bousmaha s’est tenue le week-end dernier dans le respect de la tradition du saint homme auquel elle est dédiée. Le wali de Bechar, Mécheri Azzeddine, en compagnie des élus s’est déplacé à 110km pour assister à la cérémonie d’ouverture de cette manifestation culturelle qui s’est tenue au sein de la grande mosquée jouxtant le mausolée du saint homme. Mais contrairement à son habitude, la Waâda n’a pas drainé beaucoup de monde cette année. Certains membres des tribus de H’miane, Amour, Méjadba, Ouled Zyad et Kérama se sont dirigés jeudi vers la koubba du saint patron de la région, située à Beni Ounif dans la wilaya de Bechar. La cérémonie d’ouverture s’est faite en présence du wali une heure avant l’annonce de la prière du «dohr», ce qui leur permet de rentrer à Bechar après avoir dégusté le couscous traditionnel garni de viande et arrosé de beurre de brebis ou «dhen hor». La «Selka» ou lecture du Saint Livre tout entier a débuté juste après la prière du «Asr» pour se terminer à celle du «Fadjr», le vendredi. Cette rencontre est depuis longtemps favorable aux retrouvailles, aux réconciliations et aux tissages d’alliances entre ces différentes tribus mais ni baroud, ni tamtam, ni fantasia, arts où ces tribus excellent, n’était au programme «pour ne point porter de profanation à ce lieu de culte et de recueillement consacré à la mémoire du savant et saint patron de toute la région». Nombreux aussi sont ceux qui, selon une tradition séculaire, emmènent des offrandes telles que tapis, moutons à égorger en contributions à la fête ou tout simplement une somme d’argent que les Mokadems utilisent pour servir des repas aux «aaber essabil». Il faut dire que toutes les tribus citées se sentent concernées par le maintien de l’hospitalité de la Zaouia et contribuent à la maintenir. La Zaouia, qui fut le pôle d’attraction de tout ce monde, est érigée sur les lieux où Sidi Slimane Bousmaha -Sidi Slimane ou Abou Daoud Sliman ben Abi Samaha ben Abi Leïla ben Abi Yahia (se prononce aussi Abi Lahya) ben Aïssa M’aâmar ben Sliman ben Saâd ben akil ben Hafed ben Askar ben Zaïd ben Aïssa ben h’miane ben Okba ben Aïssa ben Etali ben Chibi Ben Hassan ben Zaïd ben Yazid ben Toufaïl Ezeghari ben Safouan ben Mohammed ben Abderrahmane ben Abi Bakr Essidike, le compagnon du Prophète (QSSL)- tenait une medersa au IXe siècle hégirien. Sidi Abou Daoud Sliman ben Abi Samaha vécut au IXe siècle de l’hégire (XVe siècle). Il fit son apprentissage à l’université de Grenade en Andalousie où il passa sept années. Il eut pour maîtres, en ces lieux de haute culture, El Mokarri et Saïd ibn El Hindi. Il continua son érudition à Djamaâ El Karaouin de fez et excella en Hadith et Fikh. On dit de lui que c’était le plus érudit en Sahih El Boukhari en son temps. Il enseigna à Figuig avant de se diriger vers Beni Ounif pour s’y fixer, suivant la Tarika Echadilia à laquelle il fut initié par Abi Abbes Ahmed Benyoucef El Meliani. Sa Medersa fut un pôle d’attraction de toute la région et plusieurs Ouléma s’y formèrent. Ses disciples perpétuèrent la tradition du maître. La Zaouia de Sidi Slimane Bousmaha est ouverte toute l’année aux visiteurs qui viennent des contrées lointaines du pays. Le logis et la nourriture sont fournis gracieusement par les Mokadims qui s’occupent à tour de rôle du maintien de la tradition des lieux et chaque jour se tient près du mausolée la lecture du hizb entre les prières du Maghreb et d’el Icha. Messaoud Ahmed
Messaoud Ahmed - Journaliste - Béchar
13/04/2015 - 252424

Commentaires

Vous vous trompez mon cher Monsieur, Sidi Slimane est enterré à Beni Ounif (wilaya de Béchar), d'ailleurs une photo existe sur ce site. le Tombeau dont vous parlez est juste un Mkam situé à l'entrée de Labied SidChikh et qui est tres visité lors de la waada.
Rachid - Commerçant - Bechar
13/07/2010 - 5648

Commentaires

Bonjour, Sid Slayman Ben Bousmaha est notre ancien arrière grand père, entéré à Labyadh sid chikh à El-bayadh. C'est un waliye salih.
Bousmaha Abderrahim - employé - paris
12/07/2010 - 5637

Commentaires