Algérie

Une nouvelle association pour accompagner les entreprises



20 jeunes entrepreneurs seront accompagnés, pendant trois années, dans la création de leurs entreprises, par l'association « Genilem-Algérie » dont l'acte de naissance a été officiellement signé, hier à l'hôtel Hilton, en présence du président de « Genilem du Monde », Armand Lombard, du président du FCE, Réda Hamiani, et de la Directrice générale de l'ANSEJ, Mme Fatma Charef Sadaoui, en tant que partenaires du projet, ainsi que de l'ambassadeur suisse à Alger, Michel Gottret. L'objet de «Genilem-Algerie», une association à but non-lucratif, est de renforcer les «capacités entrepreneuriales pour les entreprises en démarrage». Après sélection, les entreprises proposant des produits ou des services «innovants» sont accompagnées gratuitement, «afin de leur garantir de meilleures chances de survie durant la période critique des trois premières années de démarrage de leurs activités», explique Andrea Zaninetti, le chef de projet Afrique de Génilem du Monde. Ce dernier insiste sur le fait que les jeunes entrepreneurs sélectionnés ne recevront pas de financement, mais bien un «accompagnement personnalisé», à raison d'un rendez-vous mensuel, du créateur sélectionné. L'assistance couvre plusieurs volets: commercial (vente, marketing, segmentation), administratif (raison sociale, fiscalité, et aspects juridiques), financier (préparation à la recherche de fonds et mise en place des tableaux de bords) et la formation. Le soutien comprend également des rencontres avec des parrains de «Genilem-Algérie» (G-A), en l'occurrence des chefs d'entreprise membres du FCE, et toute autre organisation patronale qui souhaite adhérer à ce projet. A noter que la présélection se fait par téléphone. Toute personne disposant d'un projet ou d'une entreprise de moins de 3 ans, peut appeler un numéro de téléphone (021.363.335; 021.363.409), pour exposer les grandes lignes de l'affaire qu'il veut lancer. Une vingtaine d'entreprises ont été déjà sélectionnées pour l'accompagnement. Elles ont toutes été créées dans le cadre de l'ANSEJ. Ce sera le cas jusqu'à fin 2009. A partir de cette date, G-A sera appelée à s'étendre à d'autres promotions «sans passer nécessairement par l'ANSEJ», explique Zaninetti. Le financement de «Genilem-Algérie» est assuré, jusqu'à fin 2009, à hauteur de 60.000 Francs Suisses (environ 36.000 euros), accordés par le Canton de Genève, et 4,5 millions DA octroyés par le FCE qui assure également l'hébergement de G-A. Réda Hamiani, qui a tenu à assurer du soutien indéfectible du FCE à «Genilem-Algérie», jusqu'à ce que cette dernière «puisse voler de ses propres ailes», a voulu être plus clair concernant l'aide apportée aux jeunes entrepreneurs. «Ne seront accompagnés que les projets innovants, capables de créer de la valeur ajoutée, et non pas des projets de pizzerias ou d'entreprises de transport», a-t-il insisté. Intervenant lors de la rencontre, l'ambassadeur de la Confédération Helvétique à Alger, qui a insisté sur le rôle important que jouent les PME dans le volume global des exportations (estimé à 200 milliards de dollars), a fait état de plusieurs accords à venir entre les deux pays. Il a cité l'accord sur la «protection de l'investissement suisse en Algérie», un autre pour « éviter la double imposition» et un accord sur la «circulation des personnes». Ont également pris part à l'annonce de la création de «Genilem-Algérie», le PDG de la BNA, Mohamed Seguir Benbouzid, le délégué général de l'Association professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF), Abderrahmane Benkhalfa, un représentant de la BDL, et de la Confédération des industriels et producteurs algériens (CIPA). Ce dernier a, d'ailleurs, annoncé l'adhésion de son organisation à ce projet.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)