Algérie

Un stade devenu souk

Un stade devenu souk
Alors qu'il devait être rénové et mis au service des jeunes de plusieurs cités environnantes, le stade de Garidi s'est transformé en souk.Les jeunes et moins jeunes des cités koubéennes qui avaient l'habitude de faire quelques foulées sportives durant le mois de Ramadhan devront ronger leur frein. Et pour cause : le stade de proximité de Garidi qui servait d'espace pour l'activité sportive récréative à plusieurs centaines de personnes a été cédé par l'APC de Kouba à des commerçants venus, on ne sait d'où, pour en faire un souk commercial au grand dam des riverains.Ainsi, un grand chapiteau a été érigé sur le terrain en tuf pour permettre l'installation d'étalages, d'une manière anachronique, qui a totalement dénaturé le paysage. Le terrain de Garidi, faut-il le rappeler, a fait l'objet d'une visite de travail du wali d'Alger. Il été convenu de procéder à sa réhabilitation en installant une pelouse synthétique ainsi qu'une rénovation des vestiaires. Trois années plus tard, il n'en est rien puisque le terrain, pour des raisons techniques, n'a pu recevoir la pelouse en question.Qu'à cela ne tienne ! Les jeunes de Garidi ont continué de fréquenter le stade malgré le fait que les sociétés chargées de la rénovation ont abandonné sur les lieux plusieurs matériaux de construction. Ainsi, durant toute la semaine, l'enceinte accueillait un grand nombre de riverains qui s'adonnaient à leur entretien physique au rythme de «manger-bouger». Le troisième âge se retrouvait tous les soirs, après le quotidien de la journée, pour décompresser.Bref, un lieu convivial qui rendait d'énormes services aux 40 000 habitants des cités environnantes. Le stade de proximité a donc fermé ses portes durant ce mois de Ramadhan aux habitués des lieux. Ces derniers appréhendent l'avenir de cet espace que la commune de Kouba n'a pas su gérer jusqu'à présent. L'autorité locale est, d'ailleurs, pointé du doigt pour avoir confisqué un lieu de détente à des centaines de jeunes dont certains sont décidés à interpeller le wali délégué d'Hussein Dey pour de plus amples informations sur cette intrusion. Entre-temps, les accros du sport sont dans l'obligation de longer les trottoirs ou de slalomer à travers les bâtiments de la cité.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)