Algérie

Tizi-Ouzou

Des ministres au chevet de la ville blessée Les visites ministérielles se poursuivent à Tizi-Ouzou après le lâche attentat ayant ciblé, dimanche dernier, le siège de la police des renseignements généraux. Après la visite de MM. Zerhouni et Ali Tounsi, respectivement ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et directeur général de la Sûreté nationale, sur les lieux de l’attentat le jour même, c’est au tour de Djamel Ould-Abbès, ministre de la Solidarité nationale, de rendre visite, hier, aux blessés et aux habitants de l’immeuble de la cité dite des Eucalyptus, touchée par la déflagration, promettant ainsi aux familles touchées que «l’Etat prendra en charge les réparations» et que «le relogement définitif est une affaire de semaines». D’ailleurs, dès hier matin, pas moins de six équipes entre maçons et autres artisans étaient à pied d’œuvre. Les travaux de déblaiement sont pratiquement achevés et les réhabilitations, notamment celle de l’immeuble des Eucalyptus, mitoyen du siège des RG visé par le kamikaze, ont démarré. Les immeubles du centre ville ayant été, eux aussi, touchés par le souffle de l’explosion et ayant eu des vitres brisées, des portes arrachées et d’autres dégâts, ont été recensés avant-hier par une équipe spéciale détachée par la wilaya pour opérer les réparations idoines, réparations qui seront prises en charge par l’Etat. Hier, c’était également au tour du Dr Saïd Barkat de rendre visite à l’EHS Fernane Hanafi d’Oued Aïssi, au CHU Nédir Mohamed, à l’annexe de Belloua, à la clinique Sbihi et enfin au centre d’oncologie actuellement en construction à Draâ Ben Khedda. Ces visites sont venues comme pour prouver aux terroristes que l’Etat est toujours là, debout et travaille normalement, même si la blessure est béante. Au troisième jour de l’attentat, Tizi-Ouzou occupée à panser ses blessures est plus que jamais vigilante. Les forces de sécurité sont sur les dents et les barrages de contrôle nombreux et plus pointilleux que jamais. M. Chabane
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)