Algérie

Sur l’obligation d’aimer le Messager d’Allah

Sur l’obligation d’aimer le Messager d’Allah Dieu —qu’Il soit exalté— a dit: Dis: Si vos pères, vos fils, vos frères, vos épouses, votre clan, les biens que vous avez acquis, un négoce dont vous craignez le déclin, des demeures où vous vous plaisez, vous sont plus chers que Dieu et Son prophète et la lutte dans le chemin de Dieu: Attendez-vous à ce que Dieu vienne avec Son ordre ! Dieu ne guide pas les gens pervers. (Coran IX-24)Ceci suffit comme incitation, signification et illustration du caractère obligatoire de cet amour, de sa gravité même et de son caractère méritoire en faveur du Prophète. En effet, Dieu —qu’Il soit exalté— a blâmé tous ceux dont les biens, les femmes et les enfants leur sont plus chers que Dieu et Son prophète et les a menacés en disant: Attendez-vous à ce que Dieu vienne avec Son ordre. Puis Il a clos le verset en les qualifiant de pervers et en leur annonçant qu’ils feront partie des égarés. Le traditionniste Abû ‘Ali al-Ghassanî nous a rapporté d’après Anas que l’Envoyé de Dieu a dit: «Aucun de vous ne croira vraiment tant que je ne serai pas plus cher à ses yeux que ses enfants, son père et tous les hommes.» Et Abou Hourayra a rapporté une version semblable. Le même Anas rapporte aussi que le Prophète a dit: «Il y a trois choses dont la possession apporte au croyant la douceur de la foi: C’est que Dieu et son Messager lui soient plus chers que tous les autres, qu’il n’aime un individu que pour Dieu et pour nulle autre raison et que le fait de retourner à l’impiété lui soit plus répugnant que d’être jeté dans le Feu.» Omar Ibn al-Khattâb (que Dieu soit satisfait de lui) a dit au Prophète: «Tu m’es plus cher que tout, sauf mon âme à l’intérieur de mes côtes ! Le Prophète lui dit alors: «Aucun de vous ne croira vraiment tant que je ne serai pas plus cher pour lui que sa propre âme.» ‘Umar conclut: «Par celui qui a fait descendre Le Livre sur toi ! Tu m’es plus cher que mon âme qui est entre mes côtes !» Le Prophète conclut: «Maintenant tu dis vrai Omar !» Dans le même sens, Sahl a dit: Celui qui ne voit pas qu’il est sous l’autorité de l’Envoyé de Dieu quels que soient son état et sa situation, ne goûte pas la douceur de sa Sunna, car le Prophète a dit: «Aucun de vous ne croira vraiment, tant que je ne serai pas plus cher pour lui que sa propre âme.»   Par Al Qadhi ‘Iyyad
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)