Algérie

Rassemblement de non-jeûneurs jeudi à Tizi Ouzou

Rassemblement de non-jeûneurs jeudi à Tizi Ouzou
L'appel lancé par un groupe de citoyens anonymes, «Chacun pour soi», pour un rassemblement, avant-hier, à la placette de l'Olivier à Tizi Ouzou pour exiger «le respect de la liberté de culte et de conscience», mais aussi «le respect des libertés individuelles» n'a pas eu un écho favorable, a-t-on constaté.Seule une poignée de personnes, pour la plupart identifiées comme étant des militants du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) de Ferhat Mhenni, était au rendez-vous, en ce 5e jour du mois de Ramadhan, pour, soit dit au passage, dénoncer «la montée inquiétante de l'extrémisme religieux (salafisme) en Kabylie avec, soutiennent-ils, la complicité de l'Etat. Les manifestants, une quarantaine, selon les services de sécurité, s'étaient également donné rendez-vous pour dénoncer «la persécution des non-jeûneurs, le piétinement des valeurs de tolérance et de cohabitation harmonieuse de toutes les opinions et confessions qui ont cours en Kabylie depuis la nuit des temps». Comme lors du précédant déjeûner public contre «l'inquisition» et pour «la liberté de conscience», organisé l'année dernière à pareille période, soit au début du mois de carême, le rassemblement de jeudi dernier ne s'est pas déroulé tel que souhaité par les militants du MAK qui voulaient faire croire à l'opinion publique que les préceptes de l'islam, principalement le jeûne, ne sont pas respectés en Kabylie. Moins d'une dizaine de personnes, des jeunes pour la plupart, sur la quarantaine présente, s'est, en effet, montrée non-respectueuse de ce pilier de la religion, en consommant de l'eau minérale pour certains, en fumant une cigarette pour d'autres, sous le regard indifférent des services de sécurité, des passants, des caméras et flashs des journalistes, pendant que d'autres, bien que n'observant pas le jeûne, se soient abstenus de manger en public considérant que c'est un non-respect pour autrui. «En fait, on est là par curiosité sans conviction aucune», disent-ils, d'autant que, ont-ils poursuivi, «jamais de mémoire de Kabyle, un non-jeûneur ne s'est affiché publiquement, jusqu'à l'apparition de la violence islamiste, pratiquée et véhiculée par les tenants d'un obscurantisme radical au mépris de l'islam tolérant pratiqué par les citoyens de Kabylie». La Kabylie, ont-ils poursuivi, a de tout temps été respectueuse des valeurs de l'islam et cela nul ne peut le nier, sauf bien entendu ceux qui veulent instrumentaliser la religion à des fins bassement politiques comme l'ont déjà fait les islamistes durant les années 90. Lors des prises de parole, des intervenants ont soutenu que ce rassemblement a été organisé pour exiger le respect de la laïcité, la liberté de conscience et les libertés individuelles et non à des fins de provocation. Pour sa part, le premier responsable du MAK, Bouaziz Aït Chebib, présent à ce rassemblement, a appelé «au respect des confessions et de la liberté de culte en Algérie». Notons par ailleurs que lors du premier rassemblement tenu l'an dernier à pareille période, des sources sécuritaires ont laissé entendre que les persécutions dont ont fait l'objet des non-jeûneurs en Kabylie étaient l'?uvre de policiers et/ou de gendarmes zélés, qui ont agi de leur propre gré, et non, ont-ils tenu à préciser, suite à un quelconque ordre des chefs hiérarchiques, d'interpeller ou d'arrêter quiconque n'observe pas le jeûne, même sur la voie publique.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)