Algérie

Procès Khalifa


Un sondage et des interrogations D’après un sondage publié, hier, par un confrère arabophone, «la majorité des Algériens ne croient pas à la régularité du procès Khalifa». Et pour cause! L’absence du principal accusé, réfugié à Londres, a ôté, de fait, toute crédibilité à ce procès tant attendu. D’après ce sondage, 57% des personnes interrogées estiment que les individus qui se trouvent actuellement dans le box des accusés du tribunal criminel de Blida ne sont, en réalité, que de simples «lampistes». Ainsi, d’après l’homme de la rue, et cela n’est un secret pour personne, les vrais coupables se trouvent ailleurs, «particulièrement sous les lambris de la République». C’est pourquoi, la justice algérienne se trouve, une fois encore, sur «la sellette».Le président de la République, lui-même, n’avait pas manqué de fustiger, il y a quelques jours, l’institution judiciaire dans un discours télévisé dans lequel il faisait part à l’opinion de l’état de corruption avancé dans le pays. Il va sans dire qu’à cette occasion, le commun des citoyens algériens a pu prendre la mesure de l’actuelle déliquescence, et ce, de la bouche même du Premier magistrat du pays, et cela, sans qu’à aucun moment les concernés ne protestent ou ne jugent utile de réagir. Il est vrai, cela dit, que le silence et la soumission équivalent le plus souvent, chez nous, à un statut social et professionnel privilégié. Quoi qu’il en soit, l’enquête menée par notre confrère -même si elle se situe à une échelle réduite- confirme quelque peu les propos du chef de l’Etat en ce qui concerne la crédibilité de la justice algérienne, du reste, largement entamée depuis par cette énième affaire en date. Ainsi, au pire des cas, l’aboutissement du procès Khalifa -qui risque de durer encore de longues semaines- va consister tout simplement à répondre à la question que tout le monde se pose en définitive: Qui va porter le chapeau?
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)