Algérie

Premier séminaire international sur le laser et ses applications


Un champ inexploré en Algérie Exploré dans tous ses états et sous toutes ses formes, le premier séminaire international sur le laser et ses applications multidimensionnelles à Constantine n?a pas manqué son rendez-vous avec la communauté scientifique qui en a tiré un profit considérable eu égard à la qualité des 29 personnalités invitées en cette occasion. « C?est le premier du genre organisé sur le territoire national et donc le premier symposium à développer une véritable synergie entre chercheurs, industries et organismes de santé issus d?une dizaine de pays d?Europe, d?Afrique du Nord et du monde arabe », a déclaré Taleb Abdelwahab, président du comité scientifique du 1er séminaire sur le laser et ses applications. A cette occasion, les membres éminents de ce panel ont tous manifesté leur volonté de développer une dynamique commune visant à étendre l?usage du laser dans des domaines aussi différents que la médecine, la biologie, l?industrie, l?environnement ou le secteur de l?agroalimentaire. Abrité à l?auditorium Mohamed Seddik Benyahia et au palais de la culture Malek Haddad quant au programme poster, ce forum s?est distingué, en sus de sa dimension internationale, par la présence d?un personnage qui fait autorité en la matière, selon l?avis émis par les spécialistes présents à ce séminaire. Il s?agit du professeur Demtröder (Allemagne) plébiscité et reconnu par ses pairs comme une sommité dans le domaine, sinon le numéro un à l?échelle de la planète comme l?a annoncé le professeur Samia Bouzid, directrice du laboratoire lasers et applications de la faculté de médecine de Constantine et membre du comité scientifique du 1er SILA 2005. A tout seigneur, tout honneur. C?est au professeur Demtröder qu?a échu l?honneur d?ouvrir les débats par une conférence donnée dans un silence religieux sur le thème « Des techniques sensitives et leurs applications dans la spectroscopie du laser ». Une fois l?hommage rendu à l?homme, pour qui cette science n?a plus que très peu de secrets, pour reprendre les termes de l?un de ses nombreux disciples, le professeur Krammer (Autriche) prendra le relais pour décortiquer les effets de l?application du laser à travers les mécanismes de la thérapie photo-dynamique de la tumeur sous ses formes les plus complexes. L?occasion pour les uns et les autres de souligner que les applications du laser représentent une opportunité à saisir pour le corps médical algérien, comme l?a justement expliqué le professeur Samia Bouzid qui soulignera à cette occasion que « si les applications du laser sont largement étendues à divers domaines de la recherche et de l?industrie, il en est autrement dans le secteur de la médecine en Algérie, où les applications des lasers sont encore au stade des balbutiements, mis à part dans le domaine de l?ophtalmologie où ces outils thérapeutiques s?imposent et sont utilisés à une échelle qui s?agrandit d?année en année. C?est pourquoi, à l?exemple des pays où les lasers ont une place de choix dans le domaine médical, nos praticiens ne peuvent plus ignorer les horizons offerts par ces thérapeutiques ». Un point de vue corroboré et largement conforté par la magistrale intervention du professeur Batanouny (Egypte) qui dressera un état des lieux concernant les applications du laser, dont il soulignera les effets spectaculaires obtenus, et ce, par rapport aux actes thérapeutiques classiques. Dans la foulée, ce dernier évoquera la controverse née des pratiques de bio-stimulation par laser et qui fait partie désormais du domaine du passé compte tenu, dira-t-il, des avancées spectaculaires induites par les applications du laser en chirurgie où les succès obtenus ouvrent des horizons insoupçonnés jusqu?à présent.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)