Algérie

Pour convaincre Bouteflika de venir au sommet de l’UPM à Paris

Sarkozy n’exclut pas une visite en Algérie Selon le quotidien français Le Parisien, le président français, Nicolas Sarkozy «n’exclut pas une visite à Alger» pour arracher la participation algérienne, alors même qu’une invitation avait été lancée au président Bouteflika pour une visite officielle à Paris. Le journal français affirme même que Paris demeure optimiste quant à la participation du président algérien au sommet de l’Union pour la Méditerranée prévue le 13 juillet. Dans le cas d’un déplacement à Alger du président français, Bouteflika pourrait, en effet, difficilement dire non, note encore le journal qui ne précise pas la source de cette information. Le président Bouteflika refuse toujours de dire s’il participera ou non au sommet fondateur de l’Union pour la Méditerranée, prévu le 13 juillet prochain dans la capitale française. Cette rencontre régionale, faut-il bien le préciser, intervient à la veille du 14 juillet, la fête nationale française. Le forcing de Sarkozy pourrait-il avoir ses effets? Ni les deux ministres qui l’ont précédé ni François Fillon, le numéro 2 de l’Etat français, n’ont pu venir à bout des réticences algériennes. Quel est donc cet «os» qui empêche l’Algérie et Bouteflika de s’associer à cette démarche présentée au tout début par ses concepteurs comme un ensemble régional capable de surmonter tous les grands défis qui l’attendent. Aucune information ni indiscrétion n’a filtrée de l’entretien qu’a accordé le président Bouteflika au Premier ministre français qui peut, à tout le moins, préfigurer d’un début de réponse. A part l’énigmatique phrase «chaque chose en son temps», lancée à la face des journalistes français sur le perron du Palais d’El-Mouradia, la curiosité s’est accentuée ces derniers jours alors qu’une rumeur faisait son bonhomme de chemin donnant l’actuel Chef du gouvernement, Ahmed Ouyahia, comme probable représentant personnel de Bouteflika à ce sommet et «à titre d’observateur». Sauf peut-être pour le Premier ministre français qui s’est dit «confiant que l’Algérie, pays-clé, s’associera pleinement à l’UPM». Pourtant, et en trois occasions, les Algériens qui ont insisté longuement auprès de Paris afin qu’elle révise ses plans arrêtés d’une manière unilatérale, n’ont encore rien obtenu en échange qui puisse changer leur position. Cela laisse penser que le Premier ministre français a bien dû faire des concessions pouvant amener Alger à changer son attitude défensive depuis que des informations avaient donné la vice-présidence de l’UPM à l’Egypte, le secrétariat général au Maroc et le futur siège de l’UPM à Tunis. «Nous avons dit à Kouchner toute la vérité sur ce que nous pensons du projet de l’Union pour la Méditerranée. L’Algérie n’a pas apprécié les méthodes de la France qui fait tout sans nous consulter: la vice-présidence pour l’Egypte, le secrétariat général pour le Maroc et le siège pour la Tunisie», aurait assuré dernièrement un diplomate algérien sous couvert de l’anonymat. En pressant l’Algérie de faire connaître ses «intentions», avant de se prononcer officiellement sur sa participation future au sommet de Paris, l’Elysée croit dur comme fer que Bouteflika sera présent à cette rencontre. Par contre, le président Bouteflika sera bel et bien présent au sommet des chefs d’Etat africains prévu les 3O juin et 1er juillet à Charm Echeikh en Egypte. D’un autre côté, la chancelière allemande, Angela Merkel, sera en visite officielle en Algérie les 16 et 17 juillet, a indiqué le porte-parole adjoint du gouvernement allemand Thomas Steghier. Elle s’entretiendra à Alger avec le président Abdelaziz Bouteflika, a-t-il précisé dans un communiqué. Les détails du programme seront communiqués ultérieurement, a ajouté Steg. Saïd Farhi
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)