Algérie

Les pour à Béjaïa

Sans surprise, le mouvement des archs, dont les délégués se sont réunis en conclave interwilayas durant le week-end à Béni Ouartilane (wilaya de Sétif), a décidé la non-reconduction de son traditionnel appel au rejet des urnes dans la perspective des joutes électorales prochaines. Le référendum sur la charte pour la paix et la réconciliation nationale sera donc la première opération électorale à pouvoir se dérouler sans l?opposition du mouvement, depuis la naissance de ce dernier en 2001. La décision de renoncer au principe du rejet des élections, déclaré intangible « tant que la plateforme d?El Kseur n?est pas satisfaite », était tout de même attendue puisque les délégués des archs, à l?égal d?ailleurs du chef du gouvernement, tirent satisfaction du processus de dialogue entamé depuis près de dix mois. Au demeurant, le dernier round, qui a réuni les deux parties dans le courant de la semaine dernière, même s?il n?a pas abouti à la signature du fameux accord définitif sur la prise en charge entière des revendications portées par la protestation, a été salué comme un nouveau pas vers le dénouement définitif de la crise. On imagine donc mal Abrika et ses pairs recourant à la mesure extrême de barrer la route à la tenue du référendum, avec le risque évident de couper les ponts du dialogue avec le Pouvoir. Sans aller jusqu?à franchement joindre la voix du mouvement à celles nombreuses qui se dépensent à louer les vertus de la nouvelle démarche de Bouteflika, les délégués se contentent, en l?occurrence, de « laisser le soin aux citoyens » de concevoir un comportement électoral, le 29 septembre prochain et bien au-delà, lors des élections partielles du 24 novembre.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)