Algérie

Le professeur Salah Eddine Arif à la Voix de l’Oranie


Des efforts sont déployés pour analyser le processus colonial - En termes simples et en qualité d’universitaire objectif, comment définissez-vous le phénomène du colonialisme? - A mon sens, pour expliquer le phénomène très complexe de la colonisation qui a caractérisé les siècles précédents -qui n’est pas propre seulement à l’empire français, mais aussi anglais et autres- c’est la conséquence de différentes causes qu’on peut résumer. Prenons le cas français. Il y avait des causes internes, inhérentes à la situation politique de la France, telles qu’elles se présentaient à l’époque. Notamment, l’instabilité politique sous le roi Charles X, lors des 2è et 3è Républiques. La seconde cause explicative est l’expansion du capitalisme qu’on appelait en d’autres termes «les colonies» et qu’on peut dater historiquement. Et l’intérêt de rechercher des débouchés commerciaux et des ressources naturelles nécessaires pour le développement et la croissance des pays européens. On peut citer, à titre d’exemple, le blé algérien commercialisé en quantité importante en Europe. Un blé d’ailleurs de très haute qualité et à un prix très concurrentiel. Dans une logique de calcul économique, si le produit se distingue par la qualité et le prix, il est compétitif. Mais, cela traduit surtout des structures de production élevées, donc une situation de richesse en Algérie à la veille de la conquête coloniale. - La rencontre de Mascara semble amorcer une démarche nouvelle dans le traitement de la question du colonialisme... - C’est la première fois que s’organise une rencontre scientifique et académique où des universitaires ont débattu de la période coloniale. Lors de la rencontre de Mascara, des termes sont apparus -le terme génocide entre autres- et qui ont suscité une discussion extrêmement riche. D’autres faits ont été développés dans cette démarche, notamment sur les raisons et la stratégie adoptées par le colonialisme. - Peut-on opérer une approche comparée entre les différents colonialismes dans l’histoire de l’humanité?... - Ce sera très instructif d’engager une réflexion dans ce sens. D’ailleurs des penseurs ont réalisé des travaux, à l’image de Marc Ferro. Mais je pense qu’il s’agit de provoquer des rencontres à l’échelle internationale pour permettre aux différents chercheurs de l’Inde, de l’Afrique noire et du Moyen-Orient, de comparer leurs analyses... - Jusqu’à quel point les officiels peuvent s’impliquer dans le traitement du processus colonial ?... - Des efforts sont déployés pour analyser le processus colonial, pas uniquement sur le site universitaire de Mascara. Des sociologues, des historiens se sentent profondément concernés pour s’engager dans cette grande cause. Et bien sûr, nos autorités prendront certainement leurs responsabilités, pour soutenir tous ces efforts... Propos recueillis par M.N.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)