Algérie

Le phénomène est enregistré grâce à l’envolée des prix du pétrole


31 milliards de dollars d’excédent commercial Grâce à l’envolée des cours du baril de pétrole, l’Algérie a encore une fois réalisé un nouvel excédent commercial record estimé par le CNIS à 31,82 milliards de dollars en 2006. Les données fournies par le Centre national de l’Informatique et des Statistiques démontrent qu’il y a une augmentation de 24,07% par rapport à 2005. Cette année a été donc caractérisée par des exportations de plus en plus importantes estimées à 52,82 milliards de dollars, en hausse de 14,83% par rapport à 2005. Les importations n’ont pas dépassé les 21 milliards de dollars. Encore une fois, ce sont les exportations hydrocarbures qui ont permis à notre pays de réaliser une balance commerciale positive. Elles continuent à représenter l’essentiel des ventes de l’Algérie vers l’étranger avec 97,98%, c’est-à-dire 51,75 milliards de dollars. Les statistiques du CNIS précisent que les exportations hors hydrocarbures ne représentent qu’une infime partie estimée à seulement 1,07 milliard de dollars, c’est-à-dire 2,02% du volume global des exportations. Toutefois, ce chiffre est encourageant du fait que c’est la première fois que notre pays atteint le milliard, objectif que se sont tracé les pouvoirs publics, à savoir la sortie de l’emprise et de la dépendance des exportations hydrocarbures. Une performance donc grâce aux exportations de produits tels que les «demi-produits» avec une part de 1,42% du total des exportations, soit l’équivalent de 748 millions de dollars ; suivis du groupe «produits bruts» avec 0,34%, soit 180 millions de dollars ; du groupe «alimentation» avec 0,12%, soit 66 millions dollars ; des «biens d’équipements industriels» avec seulement 0,08% soit 43 millions de dollars et des «biens de consommation non alimentaires», en dernière position, avec 28 millions de dollars. On enregistre aussi pour la première fois depuis des années une baisse pour les produits des groupes «biens d’équipements» et «biens de consommation non alimentaires». La grosse part du gâteau des importations revient à l’outil de production qui représente 28,26% du total des importations. Les Etats-Unis viennent en tête des clients de notre pays, précise le CNIS, avec 14,04 milliards, l’Italie avec 8,98 milliards, suivie de l’Espagne, la France et le Canada. Quant à nos principaux fournisseurs, ce sont, comme d’habitude, la France avec 4,32 milliards de dollars, suivie de l’Italie avec 1,85 milliard et la Chine avec 1,70 milliard.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)