Algérie - Revue de Presse

Le fanatisme au pouvoir



Des processus démocratiques peuvent se transformer en de graves sources de problèmes pour la démocratie. En 1991, l?Algérie s?était engagée dans des élections libres et transparentes. Le résultat a été l?apparition sur la scène politique d?un courant islamiste fort, intolérant et ennemi des libertés. Ce courant va verser rapidement dans un terrorisme aveugle dès qu?il a senti que la société rejette son projet intégriste. L?Irak, à son tour, vient de connaître des élections démocratiques. Malheureusement, il y a un risque de voir le processus dévié par des forces rétrogrades et liberticides. Des ayatollahs, et pas des moindres, ont exigé que l?islam soit la source de la législation. Sachant que les chiites ont remporté en nette majorité des sièges, il n?est pas exclu que cet appel cache en réalité la volonté de créer une république islamique à l?image de l?Iran, d?autant que l?ayatollah Sistani, lui-même iranien et très influent en Irak, appuie cette revendication. Les ingrédients sont ainsi réunis pour permettre aux fanatiques religieux de s?emparer du pouvoir. Le chef du gouvernement, Iyad Allaoui, leur avait déjà donné un signal fort en abrogeant une loi de 1959 faisant de la femme irakienne celle qui a le plus de droits dans tout le monde arabe. Il y a environ six mois, le secrétaire d?Etat américain Colin Powell avait affirmé que son pays ne serait pas gêné par une république islamique. Or, il se trouve que les autres communautés d?Irak rejettent catégoriquement un système à l?iranienne. Qu?ils soient sunnites, chrétiens, turkmens ou kurdes, tous sont d?accord pour s?opposer par tous les moyens à un projet qui, s?il venait à être concrétisé, restreindra drastiquement leurs libertés. Et il est alors à craindre que le pays, qui vit une violence sans précédent, s?enfonce davantage dans la guerre. Pour restaurer la paix, il ne restera alors qu?à le faire éclater sur les bases communautaires. L?idée a germé déjà en 1973 dans le cerveau de Henry Kissinger et Israël travaille pour.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)