Algérie

Le coup de pied dans la fourmilière

Le coup de pied dans la fourmilière
Tout a été dit sur l'équipe nationale et sur ses performances au Mondial brésilien. Tellement absorbés par cette historique qualification au second tour, les Algériens ont presque oublié l'avenir, ignoré le championnat local, les mirobolants transferts des joueurs et tutti quanti.Rien ne les intéresse plus que les Djabou, Brahimi, Slimani, Feghouli et évidemment leurs coéquipiers, tous crédités d'un excellent parcours au Brésil. Pendant ce temps, la «chkara» circule à plein régime, l'argent passe d'une main à une autre et les joueurs d'un club à un autre dans un climat suspicieux et opaque. Profitant de l'euphorie et de l'ivresse collective nées de l'exceptionnel parcours des Verts, dirigeants, joueurs, entraîneurs et managers se partagent le gâteau en toute sérénité sachant pertinemment que les esprits sont ailleurs et que nul ne les dérangera. Autrement dit, rien n'a changé et rien ne changera malgré l'extraordinaire épopée brésilienne. Sommes-nous condamnés à vivre le même scénario en chaque début de saison ' Apparemment oui puisque ce sont toujours les mêmes qui reviennent, les mêmes qui prennent l'argent, les mêmes qui signent des contrats bidons, les mêmes qui gravitent autour du football local et les mêmes qui font la loi dans l'impunité la plus totale. Chaque année, la même rengaine et le même scénario d'un film lassant à la longue. N'est-il pas judicieux de profiter de cette performance brésilienne pour mettre de l'ordre dans la maison, ou bien allons-nous revivre les mêmes histoires ces années 80 quand le football algérien est tombé dans le déclin ' Si on ne profite pas de cette aubaine pour relancer la machine, ce football ne sortira jamais de l'auberge et ne verra jamais le bout du tunnel. La seule manière d'y arriver, c'est de donner le coup de pied dans la fourmilière pour assainir définitivement l'environnement de notre football puis se remettre au travail pour rattraper le grand retard accumulé durant plusieurs décennies. Sinon, le Brésil n'aura vraiment servi à rien.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)