Algérie

La Tolérance


La Tolérance Comme Dieu a ordonné à Son Envoyé et aux musulmans d’être tolérants avec les gens du Livre, Il leur a ordonné d’être bienveillants et indulgents pour les préjudices qu’ils leur causent, comme le dit Dieu dans la sourate (El Baqarah -nº1 verset n°109) "Pardonnez et oubliez jusqu’à ce qu’Allah fasse venir son commandement". Le «Afoue» c’est le pardon, l’indulgence dans la sanction du pêché. Le «Safh»: abstention et l’abandon de la réprimande. Ce sont deux degrés élevés de la tolérance. Dieu incite souvent à ces deux qualités dans le Coran. L’Envoyé de Dieu était exemplaire dans la tolérance. A chaque fois que les Quoreïchites lui causaient des préjudices, ou lui répondaient négativement quand il récitait le Coran, il levait les mains vers Dieu en disant: «Dieu, absous ma communauté.Ils ne savent pas». Il ne s’est jamais produit qu’il se soit vengé de quiconque lui a causé un préjudice ou qu’il ait prié Dieu de lui causer un malheur. Lors de la bataille «Ouhoud», il a été blessé au visage, s’est casser la dent (droite de la mâchoire inférieure) avec une pierre et s’est fait briser le casque qu’il portait sur la tête. Il n’a pas fait de reproches à ceux qui l’ont agressé lors de la conquête de la Mecque ; au contraire il les a pardonnés et excusés. Les habitants de la Mecque se sont rendus à son armée et ont été ainsi tous considérés des prisonniers de guerre et pouvaient être soumis aux règles de la servitude mais l’Envoyé de Dieu les a tous libérés et leur a rendu leur liberté en disant». Celui qui entre à la «Ka’ba» est confiant et rassuré; celui qui rentre chez lui et ferme la porte, est rassuré et celui qui entre à la maison d’Abi Soufiane est rassuré». Abou Soufian avait vu le feu des troupes de l’Envoyé de Dieu près de la Mecque. Il est allé en reconnaissance et a rencontré Al Abbas ibn A’bd Al Moutalib, l’oncle de l’Envoyé de Dieu (S.B sur lui), qui lui a dit : «Malheur à toi, Abou Soufian. Voici l’Envoyé de Dieu à la tête d’une armée nombreuse et la Mecque n’a aucun pouvoir sur lui. «Que faire»? lui a demandé Abou Soufian- «Viens avec moi chez l’Envoyé de Dieu!» lui a répondu Al Abbas. Omar les a vus et en a rendu compte à l’Envoyé de Dieu à qui il a dit: «Abou Soufian est l’ennemi de Dieu, nous avons pu l’avoir sans aucun problème, autorisez-moi à le frapper sur le cou». L’Envoyé de Dieu ne l’a pas autorisé. C’était là une tolérance importante à l’égard du chef des infidèles de Quoreïche de la part de l’Envoyé de Dieu qui a dit à El Abbas: «Emmène-le là où tu habites jusqu’au matin». Le matin, Abou Soufian a déclaré sa conversion à l’Islam - l’Envoyé de Dieu l’a honoré en annonçant que celui qui entre dans sa maison est rassuré. C’est là une autre tolérance noble au profit d’Abi Soufian le chef de Quoreïche, l’Envoyé de Dieu a été d’une grande tolérance avec Quoreïche comme nous l’avons vu- puisqu’il ne lui a pas imposé la servitude, il a rendu la liberté à ses habitants, même à ceux qui ont torturé les musulmans lors de la défaite d’Ouhoud et à ceux qui ont résisté aux troupes de l’Envoyé de Dieu lors de l’entrée à la Mecque comme «Ikrima ibn Abi Jahl - qui s’était enfui vers le Yaman, et dont la femme avait demandé à l’Envoyé de Dieu qu’il soit rassuré et il l’a été. Elle l’a ensuite emmené chez l’Envoyé de Dieu, et s’est converti à l’Islam. Ainsi tout quoreïchite qui a combattu l’Envoyé de Dieu et devenu son ennemi et qui était resté à la Mecque, a été pardonné après sa conversion à l’Islam. L’Envoyé de Dieu a dit à tous les mecquois : «Partez vous êtes libres». Dr Chawqi Dayf
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)