Algérie

L'Espagne et le monde musulman: Histoire d'une confrontation

L'année 2009 nous rappelle le tragique et inoubliable souvenir des relations hispano-musulmanes : il s'agit du 5ème Centenaire de la conquête d'Oran (1509-2009) et du 4ème Centenaire du décret de 1609, ordonnant l'expulsion définitive des Morisques de l'Espagne inquisitoriale (1609-2009).

En effet, deux événements majeurs de l'Histoire de l'Algérie et du monde musulman nous renvoient à la confrontation historique avec la Péninsule ibérique.

L'Histoire nous rattrape et c'est tant mieux. Elle nous permet de revisiter notre passé et de se réapproprier un pan capital de notre historique relation avec l'Espagne, souvent mal connue ou plutôt connue à travers les autres, un regard étranger avec une vision unilatérale.

Aujourd'hui, grâce à la recherche scientifique en sciences sociales et notamment à l'outil fondamental des langues étrangères, nous pouvons, fort heureusement, accéder à toute sorte de documentation étrangère ayant de profonds liens avec l'Histoire de l'Algérie moderne.

Dans ce contexte précis, il s'agit de la langue espagnole, l'Espagne, l'Algérie, le Monde musulman et leur rapport avec notre conscience du passé, notre Histoire et Mémoire..

En effet, la langue espagnole, la langue de Miguel de Cervantes, cet illustre romancier, ancien captif d'Alger et envoyé spécial de Philippe II à Oran en 1581, nous a légué trois oeuvres qui nous évoquent sa dure captivité ainsi que de nombreuses références à la vie quotidienne de la cosmopolite ville d'Alger, capitale méditerranéenne d'alors.

Son précieux témoignage sur certains événements militaires, notamment le siège d'Oran de 1563 par Hassan Pacha, venu d'Alger pour libérer Oran et Mers El-Kébir, est émouvant et reflète la réalité historique. Dans sa pièce dramatique El Gallardo español (le vaillant espagnol), Cervantes nous relate les durs combats et batailles menés entre les deux armées durant plus d'un mois pour occuper le fort de Mers El-Kébir, où s'étaient réfugiés les derniers soldats espagnols. Mais, l'arrivée de renforts de l'armada espagnole par mer a fait reculer les forces de Hassan Pacha.

Conquise en 1509 par le cardinal Cisneros Ximenes et l'armée du comte Pedro Navarro, quelques années après la place de Mers El-Kébir en 1504, Oran s'est vue dépouillée de tous les ouvrages arabes, butins répartis entre les militaires et quelques richesses rapatriées vers l'Espagne, en l'occurrence les canons de bronze qui ont servi plus tard à forger les cloches de l'église de Tolède.

 

Trois siècles à Oran

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)