Algérie

«Kindy» de Amer Bahloul

De l’audace et peu de suspense A juger par l’accueil chaleureux du public fait à son film, le novice dans la réalisation Amer Bahloul est un homme béni par la fortune. La présentation de son premier long métrage «Kindy», deuxième film algérien sélectionné en compétition officielle pour la 2e édition du Festival international du film arabe, a fait exceptionnellement salle comble. Tous les professionnels du cinéma algérien présents au Festival s’étaient déplacés à la salle Es-Saâda pour saluer et soutenir la première expérience du producteur Amer Bahloul derrière la caméra. Il y avait les vétérans Mohamed Lakhdar Hamina et Ahmed Rachedi, le couple Amina et Mohamed Chouïkh, Saïd Ould Khelifa, Benamar Bakhti et une pléiade de comédiens qui seront longuement ovationnés par le public. On serait tenté de dire que pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître. Amer Bahloul a voulu sceller son baptême dans la réalisation de films par la confection d’un film d’action basé sur un thème politique qui requiert de l’audace. Il réussira son projet même si le film comporte manifestement beaucoup d’imperfections sur le plan tehnique. «Kindy» est un polar qui dénonce la collusion entre la maffia politico-financière et le terrorisme. L’officier de la sécurité militaire Kindy est chargé de mener une enquête de police, qui le conduira sur le merveilleux littoral de Jijel, pour faire la lumière sur une sombre histoire de meurtre perpétrée dans un crique très convoitée par des intérêts occultes, à laquelle les commanditaires veulent porter le sceau de crime terroriste pour brouiller les pistes. A la faveur de ses investigations à travers la coquette ville côtière, où sa vie sera plusieurs fois menacée, et du recoupement de quelques indices, le perspicace enquêteur n’adhèrera pas à cette thèse trop évidente à ses yeux. Le film se terminera sur la remise de l’officier des conclusions de l’enquête à ses supérieurs. Réalisé à partir d’un scénario écrit par l’écrivain Mourad Bourboune, «Kindy» comporte tous les ingrédients du polar conventionnel mais manque manifestement de suspense et de rythme. Il y aura du sang, des échanges de tir, de moments de sensation avec des effets spéciaux et des courses poursuites de voitures, l’histoire est bien écrite et arrive à capter l’intérêt du spectateur mais le déroulement indolent du récit à la manière d’un feuilleton, n’est pas parvenu à créer les émotions fortes inhérentes à ce genre de films. Pour la distribution, Amer Bahloul a fait appel à une pléiade de comédiens chevronnés, menés par Sid Ahmed Agoumi, dont l’interprétation a été remarquable. G. Morad
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)