Algérie

Ils échangeaient 10.000 faux dinars contre 3.000 à Beni Saf


Arrestation de 13 faussaires C’est une affaire des plus complexes qui vient d’être dénouée par les gendarmes de la brigade de Beni Saf. Entamée début janvier, elle n’a connu son épilogue qu’au cours de cette semaine, aboutissant à la mise hors d’état de nuire d’un véritable réseau de faussaires. Il a été signalé à la brigade de gendarmerie qu’un cou-ple, qui venait de louer une habitation à Beni Saf, procédait à l’écoulement de faux billets de 1.000 dinars. Se sentant plus tard sous surveillance, ledit couple a déménagé à Chbikia, un village proche de la frontière marocaine, sans doute pour écouler sa fausse monnaie auprès d’autres trafiquants au royaume chérifien ou acquérir de la drogue à revendre sur le marché national. Ce déménagement soudain fera accélérer l’enquête. Ainsi, munis d’un mandat leur donnant extension de compétence, les gendarmes ont opéré une perquisition au domicile de K.B.O., dans le village sus indiqué. Ils y découvrent trois faux billets de 1.000 DA. L’interpellation de ce premier trafiquant, chef d’un réseau qui opérait d’Oran à la frontière ouest, allait permettre par la suite l’arrestation de douze autres personnes à Oran et Béni Saf, dont une femme recherchée déjà dans une affaire de vol de bijoux. Le démantèlement du réseau d’écoulement des faux billets, chapeauté par les frères K.B.O. et K.B.H., a permis en outre de saisir 8.000 DA. La suite de l’enquête a également permis d’identifier les imprimeurs au nombre de trois et qui activaient dans la région d’Oran. Ils s’agit de Z.H.A., B.H. et T.O., qui demeurent en fuite. Pour ce qui est de la saisie incidente des 130 grammes de kif en plaquettes, faite dans au cours de l’enquête chez A.B., à Oran, ce n’est, semble-t-il, que le reste d’une quantité plus importante achetée par l’intéressé, sans doute avec de faux billets, et partiellement écoulée. Il ressort en fait que les faux billets de 1000 DA étaient écoulés dans les lieux mal famés où l’on regarde rarement un billet de près. Présentés au parquet pour trafic de devises, crime prévu et réprimé par les articles 197 et 198 du code pénal, et trafic de stupéfiant et complicité, R.M.D., M.S., T.M., H.M., S.A., A.B. ont été placés sous mandat de dépôt. L’instruction se poursuivant, le reste de cette véritable association de malfaiteurs répondra, chacun à son tour, aux citations du juge d’instruction compétent. Quant aux têtes pensantes de cette affaire, M.A.Z., B.M. et T.O., elles demeurent activement recherchées. Il ressort que pour 10.000 dinars en faux billets, ce trio exigeait la somme de 3.000 DA, vrais ceux-là!
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)