Algérie

Faute de mobilier scolaire à El Tarf


Des nattes pour les élèves ! C?est un véritable scandale ! Faute de chaises, et cela ne date pas d?hier, les enfants sont debout toute la journée avec dans leurs petites mains embarrassées le cahier, le livre, le stylo, etc. Et quand il faut en plus lever le doigt, c?est la catastrophe. Ils ont leurs petits trucs astucieux et s?en amusent,. C?est particulièrement le cas du CEM Houari Boumediène de la cité FLN d?El Kala. Là on a compté 4 élèves assis normalement pour une classe qui en compte 40. Et cela ne semble pas émouvoir outre mesure l?administration qui s?acharne plus à gérer l?accessoire, jusqu?à régenter dans le détail la vie des enseignants au lieu de travailler à régler cette intolérable situation. « Nous avons écrit à la tutelle », se défendent les responsables successifs qui se sont limités à faire le constat de cette misérable condition de travail. Les élèves les plus costauds, s?ils sont assidus, prennent de force les rares chaises qu?on s?arrache de classe en classe. Les plus chanceux prennent d?assaut les tables sur lesquelles ils s?assoient en tailleur, comme le font également les professeurs dans le réduit qui leur sert de salle. Et si la table a perdu son plan de travail en bois, on se contente alors du cadre métallique renversé. Nous avons même vu un élève assis en tailleur sur le bureau de l?enseignant. Le veinard, probablement le chouchou de la maîtresse. Les autres, les plus nombreux, restent debout et quand ils sont fatigués, ils s?assoient parterre sur le cartable et s?ils n?en ont pas, ils sont à même le sol devenu glacial depuis quelques jours. C?est seulement maintenant que commencent à grincer des dents les parents qui ne réagissent pas quand c?est les petites têtes qu?on formate. Cette situation s?est dramatiquement aggravée depuis quelques années alors qu?au contraire, les crédits pour l?acquisition de mobilier de bureau cumulés sur plusieurs exercices budgétaires ont atteint pour El Tarf la bagatelle de 53 millions de dinars. Mais on n?y touche pas à cause du « syndrome des marchés publics ». En effet, l?une des grosses affaires de corruption et de dilapidation de deniers publics, toujours pendante par ailleurs, qui implique l?ancien wali et qui a placé l?actuel directeur de l?éducation sous contrôle judiciaire, est précisément liée à un marché de 20 millions de dinars pour l?acquisition de mobilier de bureau. Les associations de parents d?élèves, qui n?apparaissent qu?à l?occasion des grands rendez-vous politiques, ne sont que superficiellememt au courant de la chose, quand ils ne sont pas superbement absents. Des parents ont trouvé mieux pour proposer des chaises. « Les profs auront des tapis », ont-ils eu besoin de préciser dans leur immense magnanimité. Le pire est qu?il y a de fortes chances pour que cela se produise, et avec le consentement des responsables concernés.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)