Algérie

Emeutes de Gdyel : des accusations et des interrogations


Personne n'était en mesure, hier, ni parmi les responsables locaux, ni parmi les représentants de la société civile, d'avancer avec certitude une explication unanime aux événements ayant ébranlé la veille la commune de Gdyel à l'est de la wilaya d'Oran, où plusieurs édifices publics ont été incendiés, à l'instar du tribunal, de l'agence CNAS et du bureau de poste de la ville. Les stigmates de la violence des émeutes de la veille étaient encore visibles, hier, dans cette petite localité où vivent quelque 35.000 âmes. Un impressionnant dispositif de sécurité a été mis en place dès les premières heures de la matinée autour des édifices publics. Le tribunal, un des édifices qui semble avoir le plus souffert de ces incidents, a été presque complètement détruit par les flammes. Une délégation de la cour d'Oran, menée par le procureur général, était sur les lieux hier pour constater de visu l'ampleur des dégâts. A combien évalue-t-on les dégâts ? Et est-ce que les dossiers des justiciables ont été dévorés par les flammes ? Pas du tout, répond le PG sans donner d'estimation chiffrée des dégâts matériels. Quant aux affaires courantes du tribunal, elles ont été transférées provisoirement au niveau de la maison de la culture, située juste en face de la sûreté de daïra. Des agents de la commune, aidés par des détenus, travaillaient d'arrache-pied pour dégager les débris de l'édifice du tribunal. Les édifices ciblés par les émeutiers se situent sur la même artère reliant le lieu-dit «Ras El-Aïn», une zone boisée sur les hauteurs de la commune, au centre-ville. Une odeur prononcée de brûlé était encore dans l'air. C'est de cette partie de la ville, précisément du quartier d'El-Hammar, que les premiers groupes ont commencé à déferler vers le centre-ville. Des dizaines de curieux, effarés par l'ampleur des dégâts, observaient de loin les édifices saccagés. Un sentiment d'incompréhension se lisait sur les visages. Tant de gâchis qui ne trouve toujours pas d'explication. Au lendemain des émeutes, plusieurs arrestations ont été opérées par les services de sécurité. Le nombre des personnes arrêtées avoisinerait les 21, selon des sources concordantes. Quant à d'éventuels blessés parmi les forces de l'ordre, aucune information n'a été communiquée dans ce sens, la sûreté de daïra de Gdyel s'étant abstenue de faire la moindre déclaration. Les officiels crient à la manipulation
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)