Algérie - Revue de Presse

Égaux devant le tremblement


Le président Bouteflika est au Japon - pays sismique - pendant qu?à Boumerdès - région sismique -, la terre a encore tremblé, créant la panique chez une population déjà fortement secouée. A première vue, il n?y a aucun rapport entre une visite présidentielle internationale et un phénomène tectonique local. A deuxième vue non plus. Il reste donc la troisième, celle qui explique que le président est allé au Japon acheter des stocks de médicaments contre les séismes. Mais derrière cette blague de rue, il y a une réalité réconfortante : si le remède contre le tremblement de terre n?existe évidemment pas, contrairement à ce que l?on pense, les Japonais ne sont pas des robots et ils paniquent comme tout le monde à chaque séisme. Toute amitié algéro-japonaise respectée, il faut avouer qu?il y a quelque chose de rassurant à voir à la télévision des Japonaises crier comme des Algériennes et des Japonais courir comme des Algériens devant une forte secousse. La seule différence entre les deux est que, pédagogie et campagnes de sensibilisation obligent, la panique des Japonais est organisée. Et surtout dirigée. On a pu voir que, lors d?un séisme au Japon, les habitants des immeubles sortaient en courant de leurs appartements (comme des Algériens), mais au lieu de se bousculer pour descendre dans la rue, ils se bousculent pour monter sur la terrasse afin d?éviter le fameux effet « mille-feuilles » qui fait s?écraser les étages les uns sur les autres en brisant les piliers. Les Japonais le savent dans leur panique, la terrasse est plus sûre, contrairement aux étages inférieurs qui peuvent s?écrouler sur les victimes. De Boumerdès à Tokyo, les êtres humains sont donc les mêmes, tout comme les séismes se ressemblent d?un bout à l?autre de cette planète agitée. Mais pendant que les Japonais montent, les Algériens descendent. Peut-être que tout est là.

Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)