Algérie

Disparités marquées dans l'évolution des salaires L'ONS évoque une hausse de 9,1% en 2011

Les salaires nets mensuels, hors agriculture et administration, ont connu une évolution moyenne de 9,1% en 2011 comparativement à 2010, selon l'ONS.
L'évolution des salaires en Algérie est marquée par de fortes disparités entre les différentes catégories d'employés, les diverses branches d'activité, mais aussi entre les entreprises publiques et celles du secteur privé national. C'est ce qui ressort en substance d'une récente enquête sur l'évolution des salaires en Algérie publiée par l'Office national des statistiques (ONS) et reprise hier par l'APS. Globalement, indiquent les résultats de cette étude, les salaires nets mensuels, hors agriculture et administration, ont connu une évolution moyenne de 9,1% en 2011 comparativement à 2010.
Ce niveau d'augmentation, note cependant l'ONS, n'a pas profité dans les mêmes proportions à tous les secteurs d'activité ; les hausses les plus fortes ayant surtout touché les secteurs de la santé à hauteur de 16,2%, les finances à 13,6% et les industries manufacturières à 13,2%. En revanche, dans les secteurs de la production et distribution de l'électricité, du gaz et de l'eau et dans celui de l'immobilier et des services aux entreprises, les salaires n'ont évolué que faiblement, respectivement de 3,3% et 4,9%. De même, note l'enquête de l'ONS, par niveau de qualification, la hausse des salaires observée en 2011 aura relativement mieux profité aux moins qualifiés, soit le personnel d'exécution à hauteur de 10,4%, contre des niveaux d'évolution de 9,2% pour les agents de maîtrise et de 6,9% pour les cadres. Situant la moyenne des salaires nets mensuels du mois de mai 2011, hors agriculture et administration, à 29 400 DA, l'ONS relève par ailleurs que ce montant, qui correspond à la somme effectivement perçue par le salarié, diffère selon la nature de l'entreprise, à savoir son appartenance au secteur privé national ou à celui étatique. C'est ainsi que, selon l'étude, le niveau du salaire net mensuel dans le secteur public atteint les
41 200 DA, tandis qu'il se situe à 23 900 DA dans le secteur privé national.
Dans le même ordre d'idées, l'Office des statistiques confirme que les secteurs les mieux rémunérateurs sont ceux des activités pétrolières (production et services d'hydrocarbures) et financières (banques et assurances), avec respectivement des niveaux de
74 800 DA et de 44 900 DA, soit 2,6 et 1,5 fois plus que le salaire net moyen global. A contrario, les secteurs de la construction, de l'immobilier et des services aux entreprises enregistrent, eux, des salaires inférieurs de 77% et 83% à la moyenne, soit respectivement 22 500 DA et 24 400 DA, précise la même institution.
Ces écarts marqués entre les niveaux des salaires, analyse l'ONS, s'expliquent principalement par des différences entre les entreprises appartenant à des secteurs d'activité qui se caractérisent par l'emploi d'un grand nombre de salariés très qualifiés (hydrocarbures et banques) et celles relevant de secteurs où prédominent des personnels d'exécution importants et peu qualifiés.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)