Algérie

Des enfants endoctrinés pour devenir de futurs kamikazes

Des enfants endoctrinés pour devenir de futurs kamikazes
Malgré les déclarations qui se veulent être rassurantes de la part du gouvernement tunisien, le danger salafiste plane toujours dans le pays, l'influence des extrémistes religieux sur le quotidien des Tunisiens est de plus en plus perceptible. Les salafistes ciblent des crèches d'enfants qui poussent comme des champignons en Tunisie, financés par des associations religieuses extrémistes, pour imposer leur vision erronée de l'islam à des bambins encore innocents. Le danger reste imminent malgré les assurances répétées données par le gouvernement à plusieurs reprises, mais sans succès. Fawzia Jabeur, directrice générale chargée de l'enfance auprès du ministère des Affaires de la femme a déclaré au journal électronique Kapitalis : «Nous avons contacté le ministère de l'Intérieur pour qu'il procède à la fermeture immédiate de ces jardins d'enfants, dont le nombre commence à nous impressionner, et dont le contenu des programmes nous inquiète au plus haut point, car ces associations se moquent royalement de la pédagogie et refusent de se soumettre à la loi.» La description de ces jardins d'enfants nous replonge littéralement dans le Moyen-âge : «Fillettes voilées de la tête aux pieds, pas de jouets, pas de mixité, pas de chants, pas de musique, pas de danse, pas de jeu, etc. C'est satanique !» décrit Kapitalis qui a mené l'enquête. Le journal fait le parallèle avec le drame afghani qui a commencé par la multiplication des médersas islamistes. «Ces médersas se sont transformées en fabriques de terroristes à la solde de l'internationale wahhabite», s'inquiète le journal, au moment où les autorités politiques de ce pays adoptent la politique de l'autruche et assurent que les extrémistes seront vaincus. Comment ' Personne ne le sait.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)