Algérie

Début bien timide de la campagne électorale à Tlemcen

Le spectre de l’abstention Au troisième jour du lancement de la campagne des législatives du 17 mai prochain, celle-ci semble démarrer timidement pour les 23 partis et les trois listes de candidats indépendants en lice dans la wilaya de Tlemcen. En effet, les espaces d’affichage des listes dans certaines daïras et communes restent à ce jour presque vides, et les quelques affiches collées sont, pour leur majorité, aussitôt déchirées. Par ailleurs, si les états-majors des partis connaissent, nous dit-on, une certaine fébrilité, peaufinant à qui mieux-mieux leurs stratégies de campagne, la rue, quant à elle, semble toujours indifférente au prochain scrutin. En effet, les impressions dégagées ça et là par les citoyens paraissent bien loin de ce rendez-vous électoral, car la perte de confiance à l’endroit des candidats qui sont appelés à les représenter est très perceptible. L’image la plus marquante, voire désastreuse du législateur algérien, chez les jeunes que nous avons approchés à Tlemcen, Remchi et Aïn Youcef, concerne surtout le statut de député. «Ils sont bien rémunérés, sur le dos du contribuable, pour uniquement lever ou baisser la main à l’Assemblée populaire nationale. Ils jouissent de beaucoup de privilèges alors que nous autres vivons dans le chômage, la mal-vie, l’injustice, la précarité...», se sont ainsi exprimés beaucoup de jeunes dans un mouvement de colère mal contenu. D’autres nous ont renvoyés aux législatives de 2002 après lesquelles, selon eux, «aucun changement n’est survenu malgré les promesses des députés qui n’ont même pas daigné, à la fin de leur mandat, nous faire un bilan de leurs activités.» «Pourtant, c’est un devoir envers leurs électeurs», nous diront sur la lancée des universitaires. Enfin, s’il est encore prématuré de traiter actuellement de l’éventualité, le jour ‘J’, d’un fort taux d’abstention, les réponses reçues quant à la participation des citoyens au scrutin laissent présager une grande défection, surtout chez les jeunes électeurs qui ont bien l’intention, nous diront nombre d’entre eux, d’opter pour le boycott. D’où une forte inquiétude chez certains partis en lice qui craignent un insignifiant taux de participation.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)