Algérie

Constructions sauvages et abattage des arbres se poursuivent au douar «B»


Une belle forêt en danger A Oran, et en dépit des dispositions prises par les pouvoirs publics pour lutter contre les constructions sauvages et enrayer la prolifération des bidonvilles, les gens semblent s’être donné le mot pour fouler au pied la loi et occuper le maximum d’espace sans pour autant payer un rond à l’Etat ou à ses institutions. Il en est ainsi du côté du douar «B», sur les hauteurs surplombant la cité des Amandiers où les gens continuent à abattre des arbres pour s’en servir comme charpente. En effet, selon nos sources, les terrains nus ayant été squattés par les premiers arrivants que le chômage, la sécheresse et le terrorisme aveugle ont chassés de leurs terres, les nouveaux venus n’hésitent plus à raser des arbres et ériger des constructions en dur. «Pour échapper aux regards indiscrets, ils ont investi la belle forêt et agissent comme des Huns en territoire conquis» se plaint Hadj M.B. Cette situation et les risques qui peuvent en découler pour l’environnement et la sécurité des personnes et des biens ne leur ayant pas échappée, les riverains s’inquiètent et n’hésitent plus à le faire savoir. A ce propos, on fait remarquer que ce qui inquiète le plus les habitants des hauteurs de la cité des Amandiers et du douar «B», c’est surtout le comportement des nouveaux venus et leur tendance à éviter au maximum de se mêler à la population ou prendre langue avec elle. «Je ne comprends pas, avoue M.S, l’un des plus anciens habitants de la cité des Amandiers, pourquoi ces individus évitent tant de se mêler au restant de la population et pourquoi aussi, le soir venu, ils ne se déplacent qu’en groupes pour s’engouffrer dans la forêt où ils abattent des arbres». L’inquiétude de Hadj M.BM.S et de M.S est partagée par la majorité des habitants du douar «B» et de la cité des Amandiers auxquels la longue tragédie nationale a beaucoup appris. Au fait, à quoi peut bien servir la lutte contre les constructions sauvages si, d’une part, les pouvoirs publics poursuivent la guerre contre les bidonvilles et, de l’autre, il y a des gens qui continuent à raser des arbres pour construire d’autres bidonvilles?
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)