Algérie

Cité El-Yadjouri (HLM)

Les habitants réclament la réhabilitation des espaces verts Les espaces verts et jardins de leur cité s’étant particulièrement dégradés, les habitants de la cité El-Yadjouri, aux HLM, en appellent aux pouvoirs publics auxquels ils demandent d’arrêter le massacre. Selon ces citoyens, les immenses espaces verts se trouvant du côté du carrefour El-Morchid étant laissés à l’abandon et les autorités locales ne les ayant pas traités, les lieux sont envahis par les mauvaises herbes ainsi que par des arbres qui ont fini par dépérir par manque d’entretien. Les fortes chaleurs et l’absence d’entretien aidant, les herbes sauvages et les arbres sont séchés d’où la crainte de foyers d’incendie. D’autre part, selon nos interlocuteurs, l’absence de l’autorité a favorisé la transformation des lieux en repaire pour toutes sortes de marginaux qui viennent y donner libre cours à leurs vices, la consommation de boissons alcoolisées, le vagabondage et les agressions, notamment le soir. En raison de cette situation, les riverains craignent pour leur sécurité et pour celle de leurs enfants. Toujours à ce propos, des parents d’élèves assurent que leurs enfants sont pris à parti par ces énergumènes, à leur sortie des classes et qu’ainsi leur vie se trouve menacée par ces individus qui ont fait de la violence et des vols leurs spécialités. Pour mettre un terme à cela, les riverains demandent aux autorités locales de réhabiliter ces lieux qui occupent un carrefour stratégique par où l’on passe pour aller à l’USTO, aux HLM, à Haï Djamal Eddine El-Afghani, entre autres directions. De même source, on assure que l’endroit était destiné à être transformé en jardin urbain mais que ce projet a finalement été abandonné sans que l’on sache pourquoi. D’après nos interlocuteurs, une fois réhabilités, ces lieux doivent faire l’objet d’un suivi régulier pour ne plus retomber entre les griffes des marginaux. Leïla B. et Nemili M.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)