Algérie

Centre de transit de Boumati (El Harrach)

Nouvelle promesse du wali délégué « Nous avons étudié votre cas. Si un quota de logements ou de chalets est disponible fin août, vous serez relogés. » C?est là la nouvelle promesse faite par le wali délégué d?El Harrach, El Hachemi Mohamed, lors de l?audience qu?il a accordée, hier, aux représentants des familles du centre de transit de Boumati, en présence de la presse. Cependant, le wali délégué a catégoriquement refusé de s?engager par écrit concernant cette promesse. Ce même responsable avait promis auparavant le relogement des concernés en mars dernier, promesse non tenue : « C?est toujours le même refrain », dira un délégué. « Ne me parlez pas du passé, pensez à l?avenir ! » s?est-il insurgé en pleine réunion, marquée par des prises de bec de part et d?autre. Selon M. El Hachemi, il n?existe aucune famille sinistrée de Bab El Oued dans les chalets de Boumati. « Les chalets vidés par ces occupants iront aux sinistrés d?El Harrach qui occupent toujours des bâtisses classées rouge », a-t-il indiqué. Il a précisé à l?assistance que le transit concerne 60 familles. Les représentants, de leur côté, ont avancé le chiffre de 150 familles. « Tout cela sera tiré au clair au moment opportun en mobilisant, le cas échéant, la force publique », a-t-il averti sans donner de précision. Les habitants du centre de transit de Boumati, qui se sont rassemblés devant le siège de la wilaya délégué, se sont dits « las » des promesses sans lendemain tenues par ce même responsable. Un rassemblement devrait être organisé par les protestataires aujourd?hui devant le siège de la wilaya d?Alger afin de faire valoir leur droit au logement après un transit de 13 ans, lequel risque de perdurer.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)