Algérie

Cavalli ne fait plus l'unanimité

Cavalli ne fait plus l'unanimité
Le technicien corse n'a toujours pas convaincu le public usmiste par la manière de jouer de son équipeIl est vrai que les Rouge et Noir ont atteint leur objectif face aux Médéens, mais aux yeux des supporters de Soustara, les changements effectués dans le onze usmiste ont sérieusement perturbé le jeu habituel de leur équipe.Au terme du déroulement de la sixième journée de la Ligue 1 Mobilis, les Rouge et Noir de Soustara ont enregistré avant-hier à Bologhine un troisième succès d'affilée aux dépens de l'O Médéa (3-2), et suite auquel le ténor algérois continue de mener le bal en tête du championnat. Il n'en demeure pas moins qu'au terme de cette dernière sortie du champion en titre, le public usmiste s'est violemment pris au coach Jean-Michel Cavalli, en le conspuant, et surtout en le prenant pour cible via des projectiles en tous genres. Un fait rare, et notamment peu banal, qui n'a pas manqué de surprendre le technicien français, d'autant plus que selon ses dires d'après-match, son équipe avait finalement glané trois nouveaux points, et rien ne justifiait une telle réaction à son égard de la part des supporters usmistes. Il est vrai que les Rouge et Noir ont atteint leur objectif face au promu médéen. Il n'en demeure pas moins qu'aux yeux de l'ensemble des inconditionnels des gars de Soustara, les nombreux changements effectués dans le onze usmiste, notamment en cours de rencontre, ont sérieusement perturbé le jeu habituel des Rouge et Noir. Il est surtout vrai qu'en première mi-temps, la formation algéroise a totalement pris à la gorge son adversaire du jour, en se permettant le luxe d'inscrire trois buts avant la pause. A ce moment du match, les Rouge et Noir avaient préservé leur invincibilité en défense, et surtout donnaient la très nette impression d'être en mesure de remporter au score une rencontre au cours de laquelle les gars du Titteri étaient complètement perdus durant les 45 premières minutes. Mais dès la reprise des débats, les Rouge et Noir allaient subitement s'avérer incapables de poursuivre leur ascendant sur un adversaire qui allait finalement réussir par se jouer à deux reprises d'une défense usmiste au sein de laquelle la paire centrale Khoualed-Chafaï, alignée pour la première fois cette saison, se montrait très mal à l'aise. En passant du 4-3-3 qui avait rapidement porté ses fruits, pour opter ensuite pour un 4-5-1, en demandant à Samir Sayoud d'évoluer tout seul à la pointe de l'attaque, à un poste totalement inhabituel pour l'ex-stratège du DRB Tadjenanet, Jean-Michel Cavalli a fini par exposer son équipe au danger jusqu'au coup de sifflet final, «libérateur» pour les Rouge et Noir. Les coéquipiers de Meftah ont bel et bien vécu une seconde période de jeu que rien ne présageait au départ, au point où les Médéens sont passés avant-hier à Bologhine d'une authentique remontée spectaculaire au score, devant un hôte algérois subitement devenu très fébrile, et des joueurs visiblement pris de panique. Quand bien même le jeune Meziane a encore réussi à inscrire un troisième but d'affilée, et qui fait de lui le meilleur buteur de l'attaque usmiste, il reste que la sortie prématurée pour cause de blessure de son coéquipier Derfellou, aurait logiquement permis, soit à Guessan, ou bien à Andria, de prendre la place de l'attaquant international des U 23. Or le coaching choisi en la matière par Cavalli, a failli couter la victoire aux Rouge et Noir, d'autant plus que tous les supporters de l'USMA sont unanimes pour dire haut et fort, que l'ancien sélectionneur et ex-coach du MC Oran, n'a nullement su faire une bonne lecture des nombreuses péripéties qui ont marqué cette dernière sortie à Bologhine de l'actuel leader de la ligue 1. Il est vrai que Jean-Michel Cavalli est toujours, pour l'instant, le seul entraîneur encore invaincu en championnat. Toutefois, son désamour avec le public usmiste apparu soudainement au grand jour samedi dernier au stade Omar-Hammadi, est un premier très sérieux avertissement adressé par Soustara à l'égard du technicien français, adepte avéré de longue date d'une philosophie qui n'a jamais réellement porté ses fruits en Algérie. Les Rouge et Noir ont réellement joué avec le feu chez eux, devant un Olympique de Médéa qui a mis en lumière plusieurs incohérences dans le jeu de son dernier prestigieux hôte du jour. Pour preuve, le portier Zemmamouche a fini par s'avouer vaincu à son tour, et personne n'aurait crié au scandale, si les protégés du coach Slimani avaient réussi le pari de revenir à la marque. Cette dernière sérieuse première frayeur que viennent de vivre les Rouge et Noir en appellera certainement d'autres si Jean-Michel Cavalli persiste dans certains choix qui ont plongé dans le flou les gars de Soustara.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)