Algérie

ASM Oran - Conférence de presse du bureau directeur - Les subventions ne tarderont pas à renflouer les caisses

«L’opposition n’est pas la bienvenue» Le bureau directeur de l’ASM Oran a tenu jeudi, en fin d’après midi, une conférence de presse au siège du club, animé par le président de section M. Larbi Oumamar, en présence de MM. Moro et Benamar, et celle de membres au cours de laquelle il a dénoncé, une fois de plus, le complot et les intentions de l’opposition qui, selon lui, a choisi le moment du renflouement des caisses par la subvention tant attendue des autorités locales, pour donner de la voix afin de perturber l’équipe et essayer d’écarter l’actuel président, M. Mehiaoui Tayeb. Le bureau s’est dit surpris, voire outré par la démarche du directeur de la DJS qui aurait donné le feu vert pour une assemblée extraordinaire du fait que l’opposition a pu réunir les deux tiers des signatures. Chose qui n’est guère acceptée par ce bureau qui trouve tout ce vacarme illégal pour diverses raisons. Le président de section qui a lancé un appel de détresse, rappelle que le club passe des moments cruciaux de sa survie parmi l’élite, par conséquent de telles mesures ne vont que perturber le groupe et le club en général car selon lui, s’il est question d’assemblée, qu’elle se tienne à la fin de saison. En outre, puisque que ce bureau a été élu démocratiquement avec l’accord de la DJS, il s’interroge sur le but de cette polémique, tout en mettant en valeur des convocations du bureau de la DJS, envoyées aux membres, à titre individuel, et qui ont été reçues, selon lui, la veille, ordonnant une présence obligatoire sinon l’absence est synonyme de démission. Pour le bureau, la direction de la Jeunesse et des Sports a outrepassé ses prérogatives et trouve toujours le prétexte pour se mêler des affaires du club en se justifiant par les résultats du club et l’absence du président. Sur ce volet, M. Oumamar rappelle que ce dernier n’est pas démissionnaire et de ce fait aucune élection est légitime et la raison de son absence est largement acceptable. Par contre, la détérioration des résultats du club doit être assumée par toutes les instances concernées. Sur un autre plan, dans son intervention, M. Morro déclare que le bureau se réserve le droit de se constituer partie civile dans cette affaire ajoutant qu’une enquête doit être ouverte concernant la conformité des signatures. Par la suite, le bureau qui s’est en remis au wali en tant que plus haute instance de cette ville, en lui adressant une correspondance détaillée, espère qu’il se prononcera en faveur de la raison et qu’il tiendra compte de cette mauvaise passe que traverse le club pour mettre fin à cet épisode qui pourrait coûter l’avenir du club. Par ailleurs, le bureau menace de se désintéresser du club si la DJS persiste dans sa démarche car selon M. Oumamar, le club risque la dérive en cas de forfait à Béjaïa. En fin de conférence, des membres venus assister à ce point de presse ont profité de l’occasion pour réitérer leur confiance à ce bureau et fustiger l’opposition qui, selon eux, ne veut que profiter de l’occasion pour se remplir les poches du fait que le club est en première division. Le bras de fer a déjà commencé entre les parties en conflit... mais c’est le club qui risque d’en pâtir. Benboua M. et B.M.A
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)