Algérie

Adaptation du «Voyage au centre de la Terre» au cinéma

Jules Verne en 3 D Des aventures épiques, des contrées inconnues et des inventions extraordinaires, de la science-fiction et du fantastique, servis par des personnages farfelus et passionnés: comment ne pas aimer Jules Verne? Comment résister à adapter ses romans au cinématographe, alors que ses livres semblent littéralement faits pour passer sur la pellicule et vivre sur grand écran.Depuis son premier grand succès, «Cinq semaines en ballon» (1863) jusqu’à ses derniers romans, en passant par «L’île mystérieuse «, «Les révoltés de la Bounty» ou encore «Le tour du monde en 80 jours», son œuvre a toujours suscité l’intérêt sans limite des studios et des producteurs. Les studios New Line Cinema (la trilogie «Le Seigneur des Anneaux») et Walden Media («Le monde de Narnia») n’échappent pas à cette règle. Pour faire revivre l’un des chefs d’œuvre de Jules Verne, «Voyage au centre de la Terre» (mercredi dans les salles en France), ils ont choisi un nouveau processus en 3D et réalisateur débutant mais spécialiste oscarisé d’effets spéciaux, Eric Brevig («Pearl Harbor», «Men in Black», «Le Jour d’après»). Pour son premier film, le réalisateur a réussi son pari de revisiter ce classique de la littérature. Le film, tourné au Canada et en Islande, met en scène un monde totalement chimérique, capable de happer très vite le spectateur. Fort de ses superbes effets spéciaux, et du facteur sympathie de ses acteurs, dont le joyeux Brendan Fraser, cette nouvelle adaptation du «Voyage au centre de la Terre» ne déçoit pas. Un rythme vif, des dialogues enlevés, et toute la magie de l’univers de Jules Verne en font un film aussi divertissant que familial. Avec en prime, un processus en 3D. Non seulement exploité en salles dans sa version «classique», «Voyage au centre de la Terre» est également projeté dans une version en relief, en 3D, disponible dans 40 des 400 salles françaises qui en ont une copie. Ce film est le premier à utiliser le Fusion System, un système de caméra dernier cri développé par le cinéaste du «Titanic», James Cameron, et le directeur de la photographie Vince Pace. Léger et portable, ce système comprend deux caméras vidéo 3D à ultra haute résolution, disposées côte à côte pour simuler l’œil droit et l’œil gauche du spectateur. Le résultat est plutôt concluant malgré une légère dénaturation de la colorimétrie du film. Vous faites une chute vertigineuse au cœur d’un volcan. Vous virevoltez dans les montagnes russes des mines islandaises. Les Poissons volants et autres créatures fantastiques vous sautent à la figure et les lunettes 3D sont nettement plus agréables qu’avant! Bref, quitte à découvrir le centre de la Terre, autant le faire en 3D.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)