Algérie

Abou Djerra Soltani

«Je reste au gouvernement» Le président du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abou Djerra Soltani, a levé, hier, toute équivoque sur son maintien au gouvernement: «je reste au gouvernement et c’est une question qui a été décidée et tranchée par le Majliss Echoura», a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse qu’il a animée au siège national de son parti à El Mouradia, à Alger.La conférence de presse est intervenue à l’issue de la session ordinaire du Majliss Echoura de son parti, réuni le week-end dernier. Aussi Abou Djerra dira que la décision de son maintien au gouvernement intervient à l’issue d’un important débat. «Il y a eu un intense débat autour du cumul de fonctions où la question qui s’est posée était de savoir s’il était possible que je garde mon poste au sein du gouvernement et que je continue à être président du mouvement et la réponse de la majorité des membres du conseil consultatif a été oui. Ce qui veut dire que je reste au gouvernement et je continue à être président du mouvement», a-t-il expliqué. Revenant à la charge sur cette question, les journalistes ont reçu la même réponse du président du MSP: «ce dossier de ma présence au gouvernement est définitivement clos parce que le Majliss Echoura l’a abordé en long et en large et l’a tranché définitivement». S’exprimant par rapport au dernier changement de gouvernement, le président du MSP s’est contenté de dire que «c’est une prérogative constitutionnelle du président de la République». Comment se fait-il que le MSP soit au gouvernement et continue de critiquer le même gouvernement?, se sont interrogés les journalistes. «Ce n’est pas parce qu’on est au gouvernement qu’on ne va pas le critiquer. Beaucoup de gens le font, y compris le président de la République», dira Soltani. Sur la question de la révision de la constitution, Soltani n’a pas voulu faire de commentaires expliquant que «nous faisons comme le premier magistrat du pays qui n’a pas soufflé mot, donc, nous gardons, également, le silence». Interrogé sur le projet de l’Union pour la Méditerranée, le président du mouvement dira qu’il est «encore flou». «Nous ne voulons pas discuter sur l’identité de la personne qui nous représentera au sommet de l’UPM, mais ce qui nous intéresse est de savoir si l’UPM n’est pas un prétexte pour la normalisation avec Israël et l’oubli des droits légitimes du peuple palestiniens». Sur les questions internes du MSP, il a été remarqué beaucoup d’absents lors de la dernière session du Majliss Echoura: 165 présents, 15 absences justifiées sur un total de 260 membres de cette instance. Ces absences peuvent être fâcheuses contre leurs auteurs, dira le président du Majliss Echoura: «s’il y a 5 absences non justifiées, ces gens qui brillent par leur absence n’ont absolument rien à voir dans cette instance». Il faut dire, par ailleurs, que cette session du Majliss Echoura a décidé de doter cette instance d’importantes prérogatives dans la gestion des affaires internes du parti.   Samira Illoul
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)