Tiaret - Rahouia

Rahouia Tiaret

Vues : 13266
Cette rubrique est entièrement consacrée à Rahouia Si vous possédez des informations ou des commentaires sur ce sujet, n'hésitez pas à les partager avec les autres internautes. Cet espace d'information est ouvert à la libre expression, mais dans le sens positif du terme. Nous vous remercions pour votre participation.




Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)
Rahouia ex Montgolfier : Appelation : Raha (moudre en Arabe). Selon une légende, en ces lieux autrefois, on fabriquait des Karwicha (meules en grès et silex pour moudre le grain). Dès lors, la région prit le nom de Rahouia. Quand à l’appelation coloniale du nom Européen Montgolfier, celle-ci a été choisie peut être pour rendre hommage aux frères Montgolfiers qui ont crée le ballon gonflable mais ce n’est qu’une supposition de notre part. Il pourrait s'agir du nom d'un officier français. Rahouia qui est à l'origine un centre de colonisation érigé aux débuts du vingtième siècle (1905) par les francais et appelé Montgolfier. Le centre a évolué depuis pour devenir cette ville coquêtte que nous connaissons. Construite sur des terres appartenant aux tribus sédentaires et séculaires des Béni-Louma, des Ouled Sidi-Bekhedda et les Ouled-Rached, la ville de Rahouia n'a cessé de s'étaler sur les terres agricoles des alentours. La région de Rahouia est à vocation agricole. Les terres y sont favorables à la culture céréalière (blé dur surtout). Les meilleures terres donnent quarante cinq quintaux à l’hectare. Les terres sont bien défrichées et ne contiennent pas de maquis ni de forêts. Ce qui était qu’un centre de colonisation au début du vingtième siècle, est de nos jours le chef lieu de Daïra (sous-préfecture) relevant du territoire administratif de la wilaya de Tiaret. La commune de Rahouia est à vocation essentiellement agricole. Elle est traversée par la RN 23 reliant La ville de Tiaret à celle de Relizane. Distante du chef-lieu de wilaya (Tiaret) de 38 kilomètres, elle s’étend sur une superficie de 27.061 hectares. Sa population est estimée à 24.600 habitants ; répartie comme suit : Rahouia centre : 17.000 ; la population rurale (douars) : 7.600 habitants au chef lieu, d’aprés le dernier recensement de 2004 ? Le sport : L’équipe de football appelée ASM (association sportive de Montgolfier) a été crée en 19… ?. Elle a débuté modestement. Une aire située à l’orée du village a servi pendant plusieurs années de terrain de jeu. Le terrain en terre battue n’offrait pas de réelles possibilités pour la pratique du football. Un jeune Arabe Monsieur Benouidrène a joué dans cette équipe puis a rejoint le village de Mendès ou il a joué dans le club local puis plus tard en a été l’entraîneur. Ce grand Monsieur est mort un samedi 23.12.2010. Quelques personalités de Rahouia : Le Cheikh Si El-Missoum El Mechraoui : De son vrai nom, Belmecheri Missoum, Ses origines sont du Arch des Ouled Sidi Lazreg (Flitta de Mendès-Relizane). Ce Cheikh se fixa dans la ville de Rahouia où il vécut longtemps et y mourut. Il est enterré au cimetière de la même ville. Il est décédé le 17 décembre 1994. Ses ancêtres dont l’origine remonte aux M’chara (Belmecheri) des Ouled Sidi-Lazreg ont De son vrai nom, Belmecheri Missoum, Ses origines sont du Arch des Oulèd Sidi Lazreg (Flitta de Mendès-Relizane). Ce Cheikh se fixa dans la ville de Rahouia ou il vécut longtemps et y mourut. Il est enterré au cimetière de la même ville. Il est décédé le 17 décembre 1994. Ses ancêtres dont l’origine remonte aux M’chara (Belmecheri) des Oulèd Sidi-Lazreg ont choisi de se fixer aux Arch des Béni-Louma. Il est né en 1910 au même Arch qui se situe à quelques encablures de la ville de Rahouia. Le prénom de Missoum lui fut donné en souvenir de son grand père maternel qui venait de mourir, le Cheikh Sid-El-Missoum (Ouadah). Il apprit le Coran dès son jeune âge il avait a peine seize ans. En 1928, il parti à Mascara pour y parfaire ses connaissances. Depuis cette date, il ne cessa de se déplacer en quête de savoir. Il parcouru beaucoup de régions et fréquenta plusieurs Zaouïas. Celle de Sedjrara, aux Béni Chougrane, Mascara, Mazouna aussi qui était réputée pour ses Zaouias. Il termina son périple en quittant la Zaouïa d’El Attaf. En 1939, il retourna au village de Rahouia et commença sa longue mission de Cheikh. En 1955, il fut installé comme Imam de la nouvelle mosquée et ainsi fut le premier cheikh à officier la prière de la "Djoumouaâ " (prière du vendredi). Il fut arrêté par l’armée française le 21 mai 1957 à cause de ses activités politiques au sein du FLN. Il connut les affres de la prison à Zemmora, à Ouèd Rhiou (ex Inkerman) et Mostaganem. En 1973, la direction des affaires religieuses de La wilaya de Tiaret lui proposa une autre fonction, celle de secrétaire conseiller auprès du directeur de la wilaya. En plus de ses différentes activités inhérentes à son statut de Cheikh de la région, il s’acquitta fort bien de cette nouvelle mission. Le jour de ses obsèques, il y avait une foule impressionnante. Etc
Ouadah Lazreg - Retraité - Mendès, Algérie

17/11/2012 - 46501

Commentaires

ddfcvc
foufou wahab - itedient - tiaret, Algérie

06/08/2011 - 17684

Commentaires






Aucun vidéo n'est disponible










Aucune bande sonore n'est disponible








Aucun lien n'est disponible