Mila

Mosquée Sidi Ghanem


Mosquée Sidi Ghanem
Aperçu historique:

La mosquée Abu el-Mouhajer Dinar (Sidi Ghanem) a été construite en 59 h / 670 aj par le vénérable disciple Abu el-Mouhajer Dinar sur les ruines d'une église byzantine dont les caractéristiques sont encore remarquables lors des fouilles qui ont eu lieu en 1969 aj.

Compte tenu de l'importance du monument historique et archéologique, et de sa spécificité qui la distingue de nombreux monuments historiques en termes de composition architecturale et archéologique, elle est considérée comme la première mosquée d'Algérie. Elle a subi de nombreux changements au cours de la colonisation française pour la rendre à la mesure du travail qui lui a été assigné pendant cette période en tant qu'hôpital au dernier étage et une étable au sous-sol de celui-ci. Démolir le phare, remplacer le plafond, y ajouter des annexes, et de nombreuses ouvertures et débouchés, sachant que le monument est situé dans le secteur sauvegardé de l'ancienne Mila et est lié au tissu urbain de la ville antique, le mur byzantin, l'ancienne caserne et les bâtiments adjacents.

la description:

Le monument est un bâtiment rectangulaire de 467 m 2 composé d'une salle de prière de forme rectangulaire, avec quatre becs et sept nefs contenant 42 colonnes et un pilier, dans lequel les pierres polies et les colonnes romaines et même les monuments romains et funéraires datant de l'époque romaine ont été réutilisés, la plus importante sous le règne de l'empereur Adrien et parle de la route construite par la division militaire Mili.

La mosquée a une forme rectangulaire, son entrée principale sur le mur oriental, qui est une porte en bois avec deux portes, surmontée d'un arc semi-circulaire construit à partir de la brique des deux côtés de celle-ci, une peinture murale de premier plan exécutée en écriture coufique avec de la brique, d'où nous entrons dans la cour.

La maison de prière: de forme rectangulaire avec quatre arcs parallèles au mur de la qibla et sept nefs verticales sur le mur de la qibla, dont la plus grande est la dalle centrale (la tuile mihrab).

Le mihrab: Il n'en reste qu'une trace sur le sol en forme de demi-cercle.