Algérie

Yazid Zerhouni en a fait l’annonce hier

«La nomination des walis délégués est imminente» Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Yazid Zerhouni, a annoncé, en marge de la visite du président Bouteflika, hier, dans la wilaya de Blida, la nomination imminente des walis délégués. Yazid Zerhouni a souligné qu’»avant de procéder au nouveau découpage administratif, il est impératif de nommer d’abord les responsables qui auront à gérer les nouvelles wilayas déléguées», avant d’ajouter qu’»on va essayer de le faire le plus tôt possible, en plus de l’affectation progressive du personnel et des dossiers à ces wilayas». Le ministre a tenu à démentir les informations données par certains journaux faisant état de l’installation d’une commission chargée de ce découpage. Selon lui, «la proclamation de celui-ci ne pourra se faire avant que tout soit mis au point». A ce titre, le ministre a insisté sur le fait que la priorité reste «le transfert des dossiers et archives» des wilayas mères aux wilayas déléguées. «Tous les dossiers en cours, gérés par les wilayas mères, seront transférés progressivement aux wilayas déléguées puisqu’il est impossible de le faire d’une journée à l’autre», a-t-il dit. Les nouvelles wilayas seront désignées selon des critères évoqués par le président Bouteflika: d’abord par leur population et par le nombre de leurs communes, et ensuite par leur vocation et la complexité de leur gestion. Le découpage en question est, selon M. Zerhouni, «mûrement réfléchi» puisqu’il diffère des découpages de 1975 et 1984 dans la mesure où, dans l’avenir, seules les wilayas déléguées qui auront réalisé un développement conséquent seront promues au rang de wilayas à part entière. M. Zerhouni est revenu ensuite sur le futur code communal qui, selon lui, «ne pourra se réaliser sans, au préalable, procéder à des réformes financières». Il affirmera à ce sujet que «des mesures ont été prises dans ce sens» et que «maintenant, nous avons des idées claires sur ce volet». Tout en affirmant que ledit code communal ne diffère pas des codes municipaux des pays les plus avancés, il a insisté sur le devoir des APC de fructifier leurs ressources, histoire de sortir de l’assistanat qui empêche les responsables locaux de prendre des initiatives à même de développer leur commune. Ce qui laisse entendre que l’Etat va progressivement se désengager, laissant le soin aux responsables locaux de gérer à leur manière leur circonscription. «Les maires, précisera-t-il, ont presque les mêmes prérogatives et attributions qu’ailleurs. La seule différence reste dans le financement ou les ressources. Ce qu’on a dit aux maires, c’est de trouver des ressources financières pour leurs communes. Commencez par exploiter les ressources existantes, puis nous vous ajouterons plus. L’argent se trouve dans l’exploitation des parkings qui peuvent être récupérés par les communes. Il se trouve aussi dans les enseignes lumineuses; les commerçants doivent effectivement payer pour cette publicité, et cela est dans les attributions des maires. Il y a aussi les fonds de commerce exploités par les privés et qui paient actuellement des prix symboliques. Il faut réactualiser tout cela. Comme vous le voyez, les ressources existent, le seul problème est de trouver le moyen de les exploiter». Interrogé s’il fallait, à la suite de l’attentat ayant ciblé, dimanche dernier, le commissariat de Tizi-Ouzou, renforcer encore plus la sécurité, notamment autour des immeubles des services de sécurité, souvent objets d’attentats, M. Zerhouni a indiqué qu’il s’agit surtout d’une question de vigilance. «Il ne s’agit pas de mesures spéciales, mais j’ai toujours dit que c’est une question de vigilance et il ne faut pas la baisser devant le terrorisme», répètera-t-il. Ceci dit, rappelons que le 5 Juillet dernier, le président Bouteflika annonçait la création de wilayas déléguées lors de son discours traditionnel pour la commémoration de la fête de l’Indépendance. Même s’il n’avait pas fourni de plus amples détails, le chef de l’Etat avait déjà annoncé la couleur en affirmant que, «dans l’objectif d’une meilleure prise en charge des impératifs de gestion et de mieux faire face aux exigences du développement, ainsi que pour rectifier les déséquilibres constatés au niveau de l’organisation administrative des territoires, il s’avère indispensable de revoir l’organisation administrative en vigueur en transformant certaines daïras en circonscriptions administratives territoriales dans la perspective de la création de nouvelles wilayas». Ce nouveau découpage administratif verra la création de 95 nouvelles wilayas déléguées aux prérogatives renforcées, à l’image de ce qui a déjà été fait à Alger. Il est ainsi prévu d’aboutir, à terme, à la création d’une bonne quarantaine de nouvelles wilayas à l’horizon 2010. D’ores et déjà, certaines grandes agglomérations ou centres urbains sont naturellement destinés à être promus au statut de wilaya, et ce, de par leur taille territoriale, leur densité démographique et le volume de leur activité économique. Aïn Salah, Djanet, Aïn Séfra, Aïn Beïda, pour ne citer que celles-là, peuvent être candidates dès 2010. Saïd Farhi et Tahar A.O.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)