Algérie

Violences à l?égard des femmes

900 000 victimes en une année Alors que la stratégie nationale portant lutte contre les violences à l?égard des femmes accumule des retards quant à sa mise en application et qui était initialement prévue en début de cette année, la difficile mise en ?uvre des mesures et des réformes tant souhaitées sur le plan juridique, légal et constitutionnel, n?est pas sans accroître et prolonger les violences à l?égard de cette frange. Le constat est des plus alarmants : 900 000 femmes ont été victimes de violences pour la seule année 2006, selon le bilan dressé par l?Institut national de la santé, sans compter l?émergence récente de la délinquance des femmes, en effet, pour la même année, et rien que pour l?est du pays, on dénombre plus de 750 cas. La gestion de ces violences exercées contre les femmes reste pendante de la prépondérance d?une assistance juridique suffisamment outillée et confortée par une volonté politique de réinsertion économique et sociale réelle, tout en considérant que les femmes constituent 15% seulement de la population active. L?implication des différents organismes internationaux, si elle incite par des orientations opérationnelles, reste pour son entière satisfaction tributaire du maillage associatif local qui, il faut le signaler, malgré les quelques initiatives enregistrées à son actif, reste faible et inapte dans sa configuration actuelle à prodiguer l?assistance et la prise en charge nécessaires pour, ne serait-ce, atténuer un tant soit peu les exactions commises chaque jour à l?encontre des femmes. Au vu des bilans affichés par les différents services de sécurité et les services de médecine légale au niveau des CHU, la violence pratiquée contre les femmes prend des proportions inquiétantes à plus d?un titre, la situation est critique, elle exige sinon plus de responsabilité et de travail de la société civile, en ce sens qu?une synergie de tous les efforts déployés pour cette cause soit l?équation la plus recherchée. Le silence des femmes, quant à dénoncer leurs bourreaux, est une question qui continue à inquiéter les spécialistes, il est évident que la protection a du mal à se faire, tant il est difficile pour une femme de dénoncer les responsables de son martyre et de retourner vivre sous leur coupe, s?exposant à des sanctions plus graves. Les femmes rurales sont, mis à part quelques actions associatives en leur faveur, dans une situation bien plus complexe, mais surtout précaire, du fait de l?absence d?une approche spécifique et dont le souci premier serait de leur assurer une réintégration par le travail, à même de leur permettre une autonomie effective. Le nombre de kidnappings est en perpétuelle augmentation, les enlèvements suivis de viol, les coups et blessures, les menaces avec armes blanches, les femmes sont au quotidien les victimes de multiples agressions, tel est désormais le constat établi par les différents services de sécurité. La banalisation de ces exactions par le fait de la tolérance sociale et de tabous perpétue les violences.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.

email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)