Algérie

Une semaine après Aïd Al-Adha

De nombreuses boucheries, boulangeries et pâtisseries toujours fermées Pour ne pas déroger à la règle, par ailleurs fort détestable, de nombreux boulangers, pâtissiers, restaurateurs et bouchers n’ont pas encore rouvert leurs locaux après le repos d’Aïd Al-Adha et du nouvel an. En effet, hier encore, la plupart des boucheries du marché Sidi Okba en ville nouvelle étaient hermétiquement fermées et seules quelques unes présentaient à leur clientèle les quelques carcasses d’ovins égorgés la semaine passée, de la viande congelée, des poulets et dindes qu’elles gardaient en réserve. Interrogés, certains de ces bouchers ont répondu que si la plupart des gens de la corporation préfèrent prolonger la fête, eux par contre privilégient le consommateur. A Oran comme très certainement un peu partout à travers le pays, ce phénomène touche pratiquement toutes les professions libérales, notamment celles les plus sollicitées par les citoyens. Ainsi, une semaine après la double fête, la plupart des pâtisseries, restaurants et boulangeries étaient ce vendredi aux abonnés absents. A ce sujet, des restaurateurs, boulangers et pâtissiers que nous avons sollicités expliquent que ce phénomène est lié au fait que la majorité des personnels exerçant dans ces filières sont originaires du centre et de l’est du pays et qu’ils sont appelés à rallier leurs wilayas d’origine pour fêter l’Aïd en famille. Cette longue indisponibilité des boulangers, pâtissiers, restaurateurs, bouchers et autres étant mal vécue par les citoyens, les services et syndicats en charge de ces secteurs devraient veiller à y remettre de l’ordre et de la sorte éviter ce genre de ruptures fortement préjudiciables à l’économie et aux consommateurs. A ce propos aussi, de plus en plus de voix s’élèvent pour interpeller la direction du commerce et l’UGCAA sur les voies et moyens qu’elles compteraient mettre en œuvre pour que ce phénomène récurrent ne se reproduise plus.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)