Algérie

Une alimentation équilibrée pour éviter les complications

Une alimentation équilibrée pour éviter les complications
Cette année, le Ramadhan coïncide encore avec l'été. Une saison où les journées sont plus longues. Près de 16 heures s'écoulent entre le lever et le coucher du soleil. Ceci est important à souligner car les changements qui se produisent dans le corps dépendent de la durée du jeûne. Pour la nutritionniste Wafa Chabouni, il est utile, pour préserver au mieux sa santé, de connaître les mécanismes métaboliques qui se mettent en branle dans le corps humain durant cette période. « Lors de la journée, le corps du jeûneur passe par trois états. Il s'agit de la période poste-prandiale qui correspond au 8 heures qui suivent la prise alimentaire. Ensuite, elle sera suivie de la période post-abortive qui se situe entre 8 et 16 heures après la dernière prise alimentaire. Enfin, la dernière période concerne le jeûne proprement dit. Durant cette phase, l'organisme puise ses réserves en glucose à partir de la glycogénolyse, ou dégradation du glycogène stocké au niveau du foie ou du muscle. Le glycogène hépatique assure le stockage d'environ 30% du glucose apporté par l'alimentation, soit 100g, qui sera utilisé par les différents organes. Le glycogène musculaire assure le stockage d'environ 70% du glucose apporté par l'alimentation, soit 350-400g, qui sera utilisé exclusivement par le muscle », explique la nutritionniste. Aussi une alimentation équilibrée en glucides, lipides et protéines pendant cette période s'impose pour éviter les complications. Ainsi, une alimentation équilibrée ingurgitée au quotidien, permet d'éviter les carences et donc toute perturbation métabolique. « Pour une alimentation saine durant le mois de Ramadhan, il est conseillé de bien s'hydrater en buvant de l'eau en grandes quantités dès la rupture du jeûne et avant la reprise du jeûne, pour reconstituer les réserves en eau de l'organisme », signale-t-elle. Il faut aussi favoriser les sucres lents ? complexes ?, tels que la semoule et les céréales, et limiter la consommation des sucres rapides tels que le soda qui provoque des pics d'insuline, de limiter la consommation de lipides, notamment les lipides cachés dans les préparations culinaires. La nutritionniste conseille également d'éviter les fritures, cause probable d'indigestion, de favoriser les graisses végétales sur les graisses animales, et la consommation des viandes blanche et du veau pauvre en graisse. L'autre recommandation : éviter la consommation du thé pendant le s'hour car il stimule les urines et donc favorise la perte des sels minéraux précieux dont l'organisme a besoin et peut induire un état de déshydratation, surtout en période de chaleur. Après la rupture du jeûne, il est nécessaire de répartir la ration alimentaire en trois repas. « Le f'tour représente 35 à 40% de la ration énergétique mais il ne doit pas être copieux. Ensuite, un repas au minimum trois heures après la rupture du jeûne est nécessaire, pour laisser le temps à l'organisme d'assimiler les aliments ingérés qui doivent représenter 25 à 30% de la ration énergétique journalière, et enfin un s'hour (petit déjeuner) qui représente 20 à 25% de la ration énergétique. Ce dernier repas est très important car il permet à l'organisme de faire des réserves pour pouvoir y puiser l'énergie dont il aura besoin durant la journée », souligne notre nutritionniste.


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)