Algérie

Un test de dépistage en 10 minutes

Les tests de dépistage du cancer pourraient à l'avenir, sefaire en dix minutes avec untaux de fiabilité de 90%, grâce àune nouvelle technique développéepar des chercheurs australiens,permettant de déceler destraces de la maladie dans le sangdu patient.Les tests de dépistage du cancer pourraient à l'avenir, sefaire en dix minutes avec untaux de fiabilité de 90%, grâce àune nouvelle technique développéepar des chercheurs australiens,permettant de déceler destraces de la maladie dans le sangdu patient.
Ce test simple et économiques'appuie sur les changements decouleur d'un fluide, pour révélerla présence de cellules maligneset donne des résultats en moinsde dix minutes, selon une étudepubliée dans le journal NatureCommunications."Cette découverte a mené à lacréation d'appareils de dépistageportables et économiques, quipourraient à terme, être utilisés comme outils diagnostiques, potentiellement à l'aide d'un téléphone portable", a indiqué dans un communiqué Matt Trau, co-chercheur à l'université de Queensland en Australie.Ce test a été rendu possible par la découverte de l'équipe du Queensland, selon laquelle l'ADN sain et l'ADN cancéreux, adhèrent différemment aux surfacesmétalliques.
Cela a permis de développer un test distinguant les cellules saines des cellules cancéreuses, à partir de traces d'ADN se trouvant dans le système sanguin. L'échantillon d'ADN est ajouté à de l'eau contenant des nanoparticules d'or : l'ADN des cellules cancéreuses adhère aux nanoparticules, permettant à l'eau de resterrose: l'ADN des cellules saines adhère différemment auxparticules et rend l'eau bleue.
Leschercheurs ont procédé au testsur 200 échantillons humainscancéreux et sains, avec une précision de 90%. Le test n'a pasencore été utilisé sur deshumains et des essais cliniques àgrande échelle, sont nécessairesavant son utilisation sur de potentiels patients.
Ce test simple et économiques'appuie sur les changements decouleur d'un fluide, pour révélerla présence de cellules maligneset donne des résultats en moinsde dix minutes, selon une étudepubliée dans le journal NatureCommunications."Cette découverte a mené à lacréation d'appareils de dépistageportables et économiques, quipourraient à terme, être utilisés comme outils diagnostiques, potentiellement à l'aide d'un téléphone portable", a indiqué dans un communiqué Matt Trau, co-chercheur à l'université de Queensland en Australie.Ce test a été rendu possible par la découverte de l'équipe du Queensland, selon laquelle l'ADN sain et l'ADN cancéreux, adhèrent différemment aux surfacesmétalliques.
Cela a permis de développer un test distinguant les cellules saines des cellules cancéreuses, à partir de traces d'ADN se trouvant dans le système sanguin. L'échantillon d'ADN est ajouté à de l'eau contenant des nanoparticules d'or : l'ADN des cellules cancéreuses adhère aux nanoparticules, permettant à l'eau de resterrose: l'ADN des cellules saines adhère différemment auxparticules et rend l'eau bleue.
Leschercheurs ont procédé au testsur 200 échantillons humainscancéreux et sains, avec une précision de 90%. Le test n'a pasencore été utilisé sur deshumains et des essais cliniques àgrande échelle, sont nécessairesavant son utilisation sur de potentiels patients.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)