Algérie

Un jour je saurais... 14e partie

Un jour je saurais... 14e partie
Résumé : Nora n'a pas encore surmonté l'échec de son premier mariage, que sa mère l'empresse de se remarier. Elle est stupéfaite ! Ses parents avaient déjà prévu quelqu'un pour elle... La famille considérait les femmes divorcées comme une malédiction. C'est pour cela qu'on voulait se débarrasser d'elle.Sa mère secoue sa tête :- Nous pensons à ton avenir... Nous aimerions te voir casée avant de rendre nos derniers soupirs ton père et moi. Le prétendant est un homme très riche qui vit sous d'autres cieux. J'ai tout fait pour l'attirer vers toi. C'est un type bien en tous points, et il va t'emmener vivre à l'étranger... Je suis certaine que tu seras traitée comme une princesse.Nora n'en croyait pas ses oreilles. C'était sa propre mère qui lui parlait ainsi !Elle sentit sa gorge se serrer, et déglutit difficilement avant de lancer :- Mère, je ne savais pas que j'étais cette intruse indésirable chez mes propres parents.- Voyons. Que vas-tu chercher là ' Nous ne voulons que ton bonheur ma fille.- Mon bonheur. Qui vous dit que j'ai envie de me remarier ' Je ne me suis jamais plainte de quoi que ce soit depuis que je suis de retour et...- Je n'ai pas dit ça, l'interrompt sa maman. Je n'ai rien insinué à ton égard. Ta conduite est irréprochable. Mais une femme divorcée est toujours mal vue dans la famille, et même dans la société. Qui d'autre va penser à ton bonheur si nous ne prenons pas les devants ton père et moi 'Nora suffoquait. Elle savait que sa mère lui cachait des choses. Depuis quelques jours, elle sortait régulièrement et ne revenait qu'à la nuit tombée. Où se rendait-elle donc 'Probablement chez des voyantes !A cette idée, Nora sentit son c?ur cogner dans sa poitrine :- Maman... Je pensais que tu étais la seule femme qui me comprenait... Qui pouvait soulager les peines de mon c?ur, mais voilà que je découvre le contraire.Exacerbée, sa mère s'écrie :- Tu veux terminer ta vie comme une vieille fille, et devenir l'esclave de ta future belle-s?ur '- Je ne deviendrais l'esclave de personne maman. Je suis une femme active, et si je deviens un fardeau pour vous, je pourrai toujours louer un appartement et m'installer quelque part dans un autre quartier de la ville.- Et attirer la foudre des mauvaises langues et les médisances sur nous... Tu veux nous déshonorer Nora ' Depuis quand les filles de notre famille osent-elles quitter le toit parental pour s'installer seules ' Quelle honte ! Tu ne mesures pas mes regrets Nora ' Je t'ai mise au monde, je t'ai élevée. Malgré les réticences de tes grands-parents, ton père avait insisté pour que tu fasses ta scolarité, et tu as décroché des diplômes supérieurs. Mais pourquoi en fin de compte ' Pour nous narguer, pour nous rouler dans la boue et attirer la risée sur notre famille.Nora sentit les larmes mouiller ses joues. Sa mère devenait aussi acariâtre que sévère lorsqu'il s'agit de l'honneur de la famille. Mais la jeune femme savait aussi que sa maternelle usait de son vocabulaire coutumier et acerbe qui agissait comme du sel sur une blessure. C'était pour elle le seul moyen de la convaincre et de la mener à accepter la proposition qu'elle venait de lui faire.Qui est donc cet inconnu à qui on voulait la brader 'Comme si elle lisait dans ses pensées, sa mère reprend :- Achour est prêt à t'épouser. C'est un cousin éloigné à ta tante Louisa, la femme de mon frère. Il a longtemps vécu en Europe. Il a travaillé dur, et amassé de l'argent... Beaucoup d'argent. Il passe son temps à faire la navette entre le bled et certains pays européens, mais possède des biens en France. Que peux-tu attendre de mieux de la vie ' Un tel homme pourrait faire le bonheur de toutes les jeunes filles de la famille. Lorsque Louisa lui a parlé de toi, il a consenti à faire un effort pour accepter une divorcée. Heu... Il est lui-même divorcé deux fois... Tu comprends donc son empressement.(À suivre)Y. H.NomAdresse email


Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)