Algérie

Troisième phase de relogement des familles des Planteurs

Le chef de la daïra d’Oran en parle Alors que la première et deuxième phase du relogement des familles des Planteurs, dans le cadre du programme spécial «éradication de l’habitat précaire», ont été suivies des plaintes des familles qui se disaient exclues, cette fois-ci, soit pour la troisième phase de ce programme ayant eu lieu il y a une quinzaine de jours, on a eu à noter un autre type de réclamation. En fait, la voix des familles, se disant logées à trois et quatre ménages par appartement, a été plus haute que celle des exclues. Interrogé à ce propos, le chef de la daïra d’Oran, en l’occurrence M. Laardja qui en est à sa deuxième opération de relogement a déclaré «la commission d’attribution des logements que je préside n’a en aucun cas placé plus de deux ménages dans un seul appartement». le chef de la daïra a expliqué «On a mis deux frères mariés et un père de famille dans un F3 ou un F4 mais jamais trois frères mariés avec leur parents dans un F4, de tels cas n’existent pas». Notre interlocuteur a précisé que «En ce qui concerne les femmes divorcées, elles ont été placées avec leurs parents, vu que nous savons que dans la société algérienne, les filles divorcées avec enfants ne peuvent être acceptées par les belles-sœurs». Le chef de la daïra a ajouté que la distribution des logements dans le cadre de la troisième phase du relogement des Planteurs s’est faite dans la transparence et sur la base des données de la commission de recensement. Même l’opération de répartition des étages se fait dans la transparence et en présence des bénéficiaires des logements. Toutefois, il y a certains qui espèrent s’immiscer parmi les familles ouvrant droit au relogement mais lorsqu’ils voient qu’ils n’ont pas de chance, ils optent pour le trouble». Le chef de daïra a, par ailleurs, souligné que la voie du recours a été ouverte pour les familles qui se sont senties lésées». Hafida B.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)