Algérie

Transport urbain : Pour un respect strict des arrêts de bus

La plupart des sanctions infligées aux chauffeurs de bus et de taxis collectifs de la wilaya d'Oran sont liées au non-respect des points d'arrêts, a fait remarquer un responsable de la section d'Oran de l'Union nationale des transporteurs publics dans un bref entretien qu'il nous a accordé jeudi pour exposer les différents problèmes que vivent ses confrères. A propos de ces arrêts qui ne sont « respectés par les chauffeurs », notre interlocuteur dira que le plus souvent, un très bon nombre de ces derniers sont sanctionnés par ce qu'ils avaient marqué un arrêt avant ou après des points indiqués, soit à une vieille dame soit un homme malade ou parfois à un enfant égaré. Cet humanisme du malheureux chauffeur lui aura coûté un arrêt de travail qui se répercute sur son pouvoir d'achat déjà compromis par un salaire déjà disproportionné par rapport au travail qu'il fournit. A propos de l'emplacement de ces points d'arrêt qu'il qualifie d'officieux, le même interlocuteur fait remarquer que, contrairement aux bus de l'ETO (Entreprise de transport d'Oran) qui relève du secteur public, aucune ligne allouée aux bus du secteur dit privé ne bénéficie d'arrêts officiels avec des plaques et abribus convenables, comme cela se fait dans tous les pays du monde en ajoutant que plusieurs points d'arrêts de bus ou de taxis collectifs, dont les emplacements ont été décidés par la direction des Transports ou les APC, ne sont pas dotés de plaques indiquant les numéros des lignes.
Votre commentaire s'affichera sur cette page après validation par l'administrateur.
Ceci n'est en aucun cas un formulaire à l'adresse du sujet évoqué,
mais juste un espace d'opinion et d'échange d'idées dans le respect.
Nom & prénom
email : *
Ville *
Pays : *
Profession :
Message : *
(Les champs * sont obligatores)